atelier

 

Médias

 

 

Marc Grimard est né à Asbestos. directeur général de la SADC des Sources depuis 22 ans, il connaît bien les défis de sa région. Le pôle industriel et minier, il l'a vu dans ses rêves bien avant que se pose le premier jalon en juillet 2017.

Longtemps et encore aujourd'hui, Asbestos a été associé à l'amiante. En une seule décennie, la région a perdu ses vaisseaux Amiral. En 2003, Métallurgie Magnola - prducteur de magnésium à partir des résidus de l'industrie du chrysotile - ferme ses portes. En 2012, on assiste à l'abandon de l'exploitation du chrysotile et à la fermeture de Mine Jeffrey. Le milieu n'avait pas dit son dernier mot.

Marc Grimard, directeur général de la SADC des Sources

 

Une vision s’impose

Depuis toujours, le rôle des SADC est d’accompagner le milieu dans son développement socio-économique. «En 2012, la situation étant ce qu’elle était, il a fallu se relever les manches et foncer. L’idée maitresse était alors de trouver comment favoriser la diversification économique tout en misant sur l’innovation», lance Marc Grimard. Ensemble, le milieu s’est alors mis à réfléchir à l’avenir. D’où un comité de pilotage composé de plusieurs intervenants locaux et régionaux. «Il fallait dorénavant voir autre chose que l’amiante». Début 2013, la MRC des Sources dépose sa stratégie de diversification économique. Profitant d’un fonds gouvernemental provincial de 50 millions, une étude de faisabilité vient confirmer, dès 2014, la pertinence de mettre en place un Pôle de développement industriel et minier à Asbestos.

Un développement en trois temps

Diversification oblige, le Pôle de développement industriel et minier inclura à terme trois composantes : un centre d’innovation minière, un centre d’entrepreneuriat industriel et technologique ainsi qu’un centre de formation professionnelle et technique spécialisé dans le secteur des mines, de la métallurgie et autres secteurs connexes.

«Notre but est de créer et d’attirer ici de nouvelles entreprises, de soutenir leur développement et de former leur future main-d’œuvre», affirme Marc Grimard. Le rôle de la SADC est important dans ce type de projet, il s'additionne aux efforts des autres intervenants. La SADC des Sources a siégé sur l’ensemble des comités en plus d’offrir des garanties de prêt et de multi-financement pour combler les besoins de façon spécifique, à très court terme.

L’innovation d’abord

Le Centre d’innovation minière de la MRC des Sources (CIMMS) offre une expertise scientifique, un soutien technique et des équipements de pointe dans le développement de procédés hydro-métallurgiques allant du projet-laboratoire à la micro usine pilote. «On y met en lumière des processus innovants de fabrication et de transformation de la matière première avant de passer à l’étape de l’usine-pilote». Selon Marc Grimard, il était important de créer un pôle d’innovation à l’échelle humaine en mettant à profit l’expertise du territoire. «On a un réservoir de magnésium immense, c’est une richesse incroyable. Servons-nous en pour innover».

Le milieu se mobilise

Ce rêve est né de la synergie d’une collectivité et de partenaires engagés soit la MRC des Sources, la Corporation de développement socio-économique d’Asbestos, la ville d’Asbestos, le Cegep de Sherbrooke et la Commission scolaire des Sommets. «Tous les comités ont cherché à mettre à profit les idées et le réseau d’affaires et politique de chaque porteur de dossier», mentionne Marc Grimard, convaincu de l’importance d’inclure au projet l’économie du savoir. «Nous rêvons de voir des entreprises de l’extérieur s’implanter ici pour bénéficier de notre expertise. Une entreprise pharmaceutique de la rive sud de Montréal vient de s’établir sur le territoire tandis que d’autres sur le terrain entrevoient des collaborations, comme c’est le cas d’Alliance Magnésium».

La mission se poursuit

Le centre de formation professionnel et technique est en voie de se réaliser avec la relocalisation prochaine du Centre de formation professionnelle de l’Asbesterie. «Ce sera un ajout à son cahier de formation non seulement dans le domaine minier mais aussi dans le traitement de l’eau par exemple». Quant au Centre d’entrepreneuriat industriel et technologique, il est toujours en incubation. Là aussi, l’idée est de se regrouper pour se renforcer et faire d’Asbestos un pôle industriel et minier majeur au centre du Québec.

En chiffres

4 millions$: coût d’implantation du Centre d’innovation (CIMMS)

150 000$: contribution de la SADC au CIMMS sous forme de prêt multi-projets

100 kg par heure: le volume de minerai traité en continu

800 à 1 000: le nombre d’emplois créés par la stratégie de développement économique du territoire dont le Pôle de développement est un moteur important.