ENTREVUE SPÉCIALE AVEC LA DIRECTRICE GÉNÉRALE DE LA SADC-LAC-MÉGANTIC

Le 6 juillet 2013, une catastrophe ferroviaire sans précédent déferle au cœur de la Ville de Lac-Mégantic. Une explosion et un incendie gigantesque rasent le centre-ville et 47 personnes périssent dans la tragédie, dont plus de la moitié ont moins de 40 ans. La région de Lac-Mégantic était un modèle de concertation des acteurs du développement et le centre-ville, un des plus beaux et des plus dynamiques au Québec.

 

Réseau -  Ginette, la SADC a joué un rôle majeur dans la suite des événements. Avec le recul, quels ont été les moments les plus difficiles ?

G.I. -  Après avoir vérifié si les membres de ma famille, de mon CA et de mon équipe étaient tous vivants, le plus difficile fut de se retrouver dans une désorganisation totale - la SADC ayant tout perdu - et  sans outil pour aider les gens. Le sentiment d’impuissance nous accablait et nous avons rapidement mis nos efforts, à la SADC, pour démontrer un semblant de vie normale afin de rassurer les plus touchés.

Réseau -Votre région était reconnue pour la grande concertation des intervenants, qu’en est-il maintenant ?

G.I. -  Au cours des premiers mois, toutes les organisations ont eu le réflexe de faire front commun. On se réunissait tous les matins pour coordonner nos actions et se partager les tâches. C’est ce qui nous a permis de passer au travers. Après le départ de la mairesse Mme Laroche, le conseil municipal a changé et le temps manquait pour consulter les organismes; ils ont pris des décision controversées. Pendant ce temps, les organismes ont senti le besoin de briller à nouveau et d’agir plus individuellement. Ce fut un passage difficile. Nous avons dû faire le constat que la collaboration s’était effritée. Actuellement, ça recommence, les gens ont envie de revivre cette cohésion.

Réseau - Après cinq ans, quelles sont les séquelles les plus importantes ?

G.I. -Le sentiment de vulnérabilité qui provoque l’insécurité, la peur d’investir et de s’investir que l’on ressent encore chez les gens. Ensuite, la perte du centre-ville dont nous étions si fiers. Deux semaines  avant la tragédie, j’avais fait un bilan de notre programme de rénovation de façades, heureuse de dire qu’il ne restait que trois bâtiments à refaire… Aucun des édifices du centre-ville n’a résisté. Les citoyens et les touristes disent qu’on a perdu notre âme. Ils sont déçus de ne plus retrouver le charme dans les nouvelles constructions. C’est un sentiment plus profond que je ne l’aurais cru.

Réseau - Mais dans tous ces événements, il y a eu du positif ?

G.I. - Bien sûr ! L’impact le plus important est certainement le retour de beaucoup de jeunes natifs de Lac-Mégantic, qui sont revenus motivés par le sentiment d’urgence et l’envie de contribuer; et la couverture médiatique des premiers mois, qui nous a permis d’amasser plusieurs millions pour venir en aide aux sinistrés. Et je veux souligner le soutien exceptionnel de Développement économique Canada (DEC) et leur aide financière, mais aussi leur support technique dans nos démarches. Le fonds de 5 M $ pour la relance de Lac-Mégantic a permis d’aider les commerçants à se relocaliser. Et de nouvelles constructions verront le jour bientôt sur la rue Frontenac, grâce à ce financement.

Réseau - Aujourd’hui, comment se porte l’économie de la région ?

G.I. - Le secteur commercial connaît encore des difficultés, car ce fut le plus touché. Par contre, les industries vont bien. DEC a aussi été présent pour les soutenir. Alors qu’on croyait que tout se ferait en trois ans, il faudra au moins dix ans pour reconstruire Lac-Mégantic.

Réseau - Ginette, tu vas quitter la SADC dans quelques mois. Par rapport à ces événements, quelles sont tes sources d’espoir et de fierté ?

G.I. - La disparition de la voie ferrée sera une occasion fantastique de redévelopper le cœur de notre ville et de lui redonner un nouveau charme. Mes plus grandes fiertés : avoir été une intervenante significative qui a fait une différence pour les sinistrés, et le sentiment du devoir accompli.

Rue Papineau, crédit photo: Claude Grenier