Il y a quelques années, Audrée et Amélie s’installent dans Charlevoix, attirées par l’énergie du lieu. Elles ne se connaissent pas encore mais la fibre de l’entrepreneuriat germe déjà en chacune d’elles. En 2014, Audrée fonde A-Bcom, spécialisée en communication marketing web, tandis qu’Amélie – graphiste de formation – crée Rorkäal Design. «On a eu à travailler ensemble sur des projets. On a tellement cliqué, ça en était épeurant tellement on était complémentaires», affirme Audrée. Rapidement, les deux jeunes femmes songent à louer un bureau ensemble pour challenger leurs idées. «On cherchait une façon de stimuler notre créativité et d’augmenter notre productivité», soutient Amélie.

C’est alors qu’elles entendent parler du projet en devenir, Les Espaces Saint-Étienne. «L’endroit collait parfaitement à l’image qu’on avait d’un espace à bureaux d’avant-garde. C’est de là qu’est partie l’idée d’y loger nos entreprises respectives et d’y ouvrir aussi un espace collaboratif pour travailleurs autonomes», se souviennent Audrée et Amélie. Soutenues par le maire de La Malbaie, elles sont alors mises en contact avec la SADC.

Revitaliser Charlevoix-Est

Dans son quartier général de Baie-Saint-Paul, Pascal Harvey planche sur le projet de revitalisation du centre-ville de La Malbaie. Quand Amélie et Audrée frappent à sa porte, fin 2015, le directeur général de la SADC Charlevoix est tout ouïe. «Les filles avaient du guts et savaient ce qu’elles voulaient. Elles avaient toutefois besoin de structure, de conseils et de financement. Leur projet m’est vite apparu comme une pièce-maîtresse de la relance du centre-ville de La Malbaie. On a embarqué», raconte le directeur général. La SADC Charlevoix a tellement embarqué qu’elle a même loué des espaces à OBuro pour y faire son bureau-satellite dans Charlevoix-Est.

En plus de devenir locataire, la SADC est intervenue dans le projet avec des contributions non remboursables et des prêts à faible intérêt. «Pour nous, faire un chèque c’est la finalité et c’est très loin de nos priorités. Notre but est d’établir un contact qui nous permettra de s’allier d’autres entrepreneurs pour faire bouger les choses», précise Pascal. Pour les fondatrices de OBuro, l’aide de la SADC est des plus gratifiantes. «Avec eux, on a trouvé un accompagnement hyper personnalisé empreint de respect et d’une grande flexibilité. Ils savent mettre l’humain au cœur de l’accompagnement. Ce sont de véritables mentors», confirment les jeunes femmes.

L’union fait la force

Instaurer de nouvelles habitudes en région n’est pas simple. «On travaille fort pour faire reconnaître l’immense potentiel qu’offrent le réseautage entre clients, fournisseurs, partenaires et collaborateurs», affirment les deux entrepreneures qui souhaitent faire de leur espace co-working un point de rassemblement pour la communauté. «Nous voulons contribuer à promouvoir l’achat local en mettant de l’avant des gens qualifiés offrant des services top qualité. Plus besoin d’aller à Québec ou Montréal pour ça», s’emballe Audrée. «En travaillant ensemble, en partageant nos difficultés et nos victoires, on crée des opportunités et des liens plus grands encore», croit Amélie.

 

 

Stratégique et rassembleur

L’emplacement est un élément-clé du plan d’affaires. Situé à la jonction des routes 362 et 138, les Espaces Saint-Étienne fait face à la rivière, au fleuve et aux montagnes. «J’aime penser qu’on puise notre énergie à même le paysage». De l’énergie, les filles en ont à revendre. «On veut devenir un centre d’affaires névralgique pour les gens d’ici sans oublier les travailleurs nomades qui passent pour la journée ou la semaine».

OBuro offre beaucoup plus qu’un simple bureau. «On veut rassembler des gens de tous les milieux qui croient au potentiel de Charlevoix. On tient à ce que chaque locataire puisse ressentir pleinement le bénéfice d’utiliser la synergie d’un groupe pour faire grandir son business. On veut aussi confirmer qu’on peut vivre dans Charlevoix et avoir du succès», s’emballe l’audacieux duo qui, chaque jour, a la chance de prendre son premier café avec un membre de la SADC.

Avec la participation de Patrice Gagnon de Go-Explore pour les photos.

 

 

« Un conseil à retenir: Demeurer flexible et ouvert d’esprit. Suivre son intuition et oublier les conseils de gens non qualifiés. »
 Amélie et Audrée



« Un conseil à retenir: Demeurer flexible et ouvert d’esprit. Suivre son intuition et oublier les conseils de gens non qualifiés. »
 Amélie et Audrée

OBURO EN BREF

  • Espaces ouverts et quatre bureaux fermés
  • Diversité: stations debout, fauteuils ergonomiques, sofas
  • Concentration: utilisation des huiles essentielles de Boréal Essences de la Malbaie
  • Productivité: application audio pour créer un environnement sonore productif, scientifiquement éprouvé.
  • Mini studio photo ou de production intégré

POUR INFORMATION OU LOCATION: OBuroCharlevoix.com