Les informations et les discours sur les changements climatiques prennent de plus en plus de place dans l’actualité.

Et la plupart du temps, on exige des citoyens et des PME des changements importants dans nos modes de vie ounos pratiques d’affaires. Et c’est normal puisque 77% des émissions sont produites par les entreprises et les individus. Collectivement, les petites entreprises canadiennes sont donc de grands émetteurs qui ne reçoivent que peu d’attention et d’aide, actuellement. Elles peuvent pourtant contribuer significativement à l'effort de réduction des GES du Canada. Pourtant, on parle trop peu des efforts faits par des centaines d’entreprises pour réduire leur dépendance aux énergies fossiles ou réduire leurs déchets.

 

Par exemple, à Baie-Comeau, les propriétaires de l’entreprise familiale Industri-Al, cliente de la SADC Manicouagan, redoublent d’imagination et d’efforts pour recycler les résidus de production d’aluminium d’Alcoa. L’objectif : faire d’Alcoa la première aluminerie verte au monde. Et toujours à Baie-Comeau, la microbrasserie St-Pancrace recycle la drêche - résidu de production de bière - dans une entreprise de réinsertion sociale qui produit des biscuits pour les chiens!

Depuis 2008, les membres du Réseau des SADC et CAE développent des moyens pour sensibiliser les PME et les accompagner dans leurs efforts de réduction des GES. En 12 ans, ce sont plus de 1000 entreprises qui se sont inscrites dans une démarche de développement durable. C’est dans ce contexte qu’a été mis en œuvre le projet d’économie circulaire Synergie 138, qui regroupe les quatre SADC de Charlevoix et de la Côte-Nord couvrant dix MRC, dans le but de créer des maillages entre les entreprises afin que les déchets des unes deviennent les matières premières des autres. Les premiers résultats sont déjà très prometteurs.

Mais quels sont les incitatifs pour s’engager dans de telles démarches, pour les PME? Peu de reconnaissance et pas de mesures fiscales, alors qu’elles subissent les effets de la taxe du carbone lorsqu’elles achètent des produits fossiles.  

C’est pourquoi le Réseau des SADC et CAE, en collaboration avec 14 de ses membres, a mis en œuvre un projet qui permet l’accès au marché du carbone volontaire à près de 150 petites entreprises et organismes du Québec. Ce projet consiste à mettre en commun les réductions de GES déjà réalisées par ces entreprises, à faire certifier leurs efforts de réduction par le standard internationalement reconnu VCS et à vendre sur le marché du carbone volontaire ces unités de carbone vérifiées (UCV). Des entreprises ont déjà complété le processus et vendu leurs crédits sur le marché.

Grâce aux efforts de réduction des GES de 74 des 150 petites entreprises, et à l'accompagnement technique et financier des SADC et CAE dans leur démarche, ce sont 2 474 421 tonnes de réduction de GES couvrant plus de 850 bâtiments de tout genre, industriels, commerciaux et institutionnels qui ont été comptabilisées. D’autres réductions sont en cours d’audit international et de sérialisation.

Ce projet qui consiste à fédérer des petites entreprises et organisations qui ont fait des efforts de réductions des GES est unique dans le monde et il pourrait être déployé partout dans les régions du Canada grâce à l’expertise développée au sein du Réseau des SADC et CAE, au Québec.

Proposition pour le gouvernement fédéral

Justin

Le premier ministre Justin Trudeau, pour sa part, a confirmé la volonté du gouvernement d’atteindre les cibles fixées par l’Accord de Paris. Dans sa stratégie pour atteindre ces objectifs, le gouvernement fédéral vise également à soutenir l’action volontaire pour réduire les émissions de GES et à encourager les entreprises et les Canadiens à prendre des mesures de réduction de leurs émissions. Nous croyons qu’un projet comme celui de l’accès à des crédits carbone pour les PME va exactement dans ce sens. Mais la Bourse du carbone demeure mal connue des citoyens et des entreprises. Ainsi l’enjeu reste la vente et l’achat de ces crédits carbone pour cette raison, mais aussi à cause des lois et des règles qui régissent ce marché tant au niveau fédéral que provincial.

Pourtant, les unités de carbone vérifiées (UCV) que nous offrons sont de qualité supérieure à la moyenne. Plus particulièrement, elles le sont sur le plan social et environnemental, car ces réductions résultent d’efforts d’un ensemble de PME, municipalités et autres petites organisations des secteurs industriel, commercial et institutionnel, toutes en sol canadien, principalement en régions éloignées.

L’achat des UCV provenant de ces 74 petites entreprises, en plus de servir d’exemple, permettrait au gouvernement fédéral de :

  1. Reconfirmer son appui aux fondements de l’Accord de Paris.
  2. Confirmer son leadership tant sur le plan national qu’international et en accord avec son engagement à réduire les émissions de GES provenant de ses propres activités.
  3. Reconnaître et appuyer des initiatives communautaires porteuses et innovantes, c’est-à-dire des projets de réduction de GES initiés et réalisés à l’extérieur de grands centres urbains, par des PME, municipalités et autres organisations, qui individuellement ne peuvent valoriser leurs gestes et leurs efforts.
  4. Encourager une grande majorité d’entreprises à effectuer un virage vert en faisant la démonstration que c'est payant et gratifiant pour les entreprises de réduire leurs émissions de GES, un moyen efficace d’inciter les PME à adhérer au développement durable.
  5. De répondre de manière concrète au groupe Environnement Jeunesse qui veut intenter un recours collectif contre le gouvernement pour inaction climatique.

On peut donc constater que la réduction des GES dans une démarche de lutte contre les changements climatiques ne revient pas seulement aux grands émetteurs et que, pour atteindre les objectifs du Canada, les gouvernements devront porter plus d’attention et d’aide dans ce sens aux PME.

Et pour quiconque veut poser un geste pour l’environnement et le développement des PME, les crédits carbone sont disponibles en contactant Paul Gauthier au Réseau des SADC et CAE à 418 658-1530