AIDER LES ENTREPRISES À SURFER LA VAGUE

En pleine pandémie, beaucoup d’entreprises ont dû s’adapter voire se réinventer. Mais comment faire et par où commencer quand on ne rencontre pas les critères des principaux programmes d’aide ? Les 67 SADC et CAE sont là pour soutenir toutes les collectivités du Québec. Par leur intermédiaire, 3 400 entreprises et 180 projets collectifs ont déjà pu bénéficier d’aide technique ou d’un prêt du programme FARR (Fonds d’aide et de relance régionale), une mesure d’urgence, mise en place par Développement économique Canada pour les régions du Québec, en collaboration avec le Réseau des SADC et CAE et grâce à l’écoute de la ministre Mélanie Joly. Et ce n’est pas terminé. 
 

Le programme FARR, c’est quoi? : Déjà plus de 71,3 M$ investis pour aider les collectivités et les entreprises d’ici à surfer la vague. 

 

À TÉMOINS

Entrepreneur : Nathaniel Perron
Entreprise : CHEZ NATH – L’ENDROIT CACHÉ
Région : Chibougameau/SADC Chibougameau-Chapais

Comme bien d’autres, chef Nathaniel a été surpris par la première vague. Rapidement, il doit mettre à pied tout son personnel. Bonne nouvelle : via la SADC, le fonds FARR lui permettra de se réinventer. « Le resto fermé, j’ai acheté une machine sous vide et je me suis lancé dans les plats pour emporter. » Il adapte son site internet afin de mettre en marché la nouvelle offre qui connaît un succès fou. « Les gens passaient prendre leurs plats le vendredi. Ça m’a donné des ailes et permis de réembaucher une partie de mon personnel.  La 2e vague me fait beaucoup moins peur. J’ai les outils nécessaires », affirme le chef qui, en lien avec la SADC, travaille sur l’ouverture prochaine d’une microbrasserie artisanale. 
Chef Nath
 
Entrepreneur : Luka Caron Saint-Pierre
Entreprise : PEINTURE LOA
Région : Saint-Jean-Port-Joli/CAE de Montmagny L’Islet
 
À 32 ans, Luka Caron Saint-Pierre est un leader, fier ambassadeur de sa région. Son entreprise, spécialisée en peinture résidentielle et commerciale, est reconnue parmi les plus dynamiques. Il a la fibre de l’entrepreneuriat dans le sang. « Mon grand-père était peintre et mon père m’a beaucoup aidé à lancer l’entreprise. » C’est sans compter tout le soutien qu’il obtient de la MRC L’Ilet et du CAE de Montmagny L’Islet et ce, depuis l’ouverture de Peinture Loa en 2012. « Ils sont encore là aujourd’hui et je peux dire que leurs judicieux conseils ont fait toute la différence. L’accès au fonds FARR m’a permis d’établir un meilleur fond de roulement et d’assurer la viabilité de mon entreprise. » 
 Peinture Loa3
 
Entrepreneur : Danielle Harvey
Entreprise : À L’EMPORTÉE
Région : Tadoussac/SADC Haute-Côte-Nord
 
Depuis 2009, la coopérative de travailleuses offre à chacun son pain quotidien. « Notre but est de faire valoir les produits du coin et de diversifier l’offre alimentaire de la Côte-Nord ». Quand la pandémie frappe, la petite boulange est en pleine rénovation. « C’était un très mauvais timing pour agrandir. On a dû fermer nos portes. » Occupées à façonner leurs croissants et à rouler leurs miches pour emporter, les boulangères se tournent vers leur fidèle partenaire, la SADC locale, pour obtenir conseils. « Ils nous ont facilité la tâche en identifiant pour nous les programmes de subventions disponibles. Grâce au fonds FARR, on a pu se concentrer et continuer à produire sans se casser la tête avec la paperasse, un avantage de taille. »
 LEmportée
 
Entrepreneurs : Christine Gervais et Marc Daigle
Entreprise : CAMP AU BIVOUAC
Région : Canton de Stanstead / CAE Memphrémagog
 
Depuis 23 ans, le Camp Au Bivouac accueille des groupes et offre de l’hébergement en dortoir. « Ici, c’est comme une petite famille. On se targue d’être ouvert à l’année, été comme hiver ». Quand survient l’annonce d’une pandémie mondiale, on sait que l’hiver 2020 est en péril. « On prédisait déjà que les camps de vacances et familiaux n’allaient rouvrir qu’à l’été 2021. On s’est demandé comment on allait passer au travers. » Ils se relèvent les manches, coupent dans les dépenses et cherchent du financement. « Le coussin offert par le CAE via le programme FARR nous a permis de reprendre notre souffle. On a pu s’organiser. Ça nous a grandement encouragés à continuer et à se préparer pour la réouverture. »
 Camp Au Bivouac 4
 
Entrepreneur : Guy Bénard
Entreprise : BISTRO LA BELLE EXCUSE
Région : Joliette/SADC de D’Autray-Joliette
 
En temps normal, le resto qu’opère Guy Bénard depuis 2015 a une capacité de 85 places à l’intérieur et 55 places en terrasses. Fermé dès le début de la pandémie, il opèrera à nouveau tout l’été, à 42% de capacité. Pour s’adapter et faire face aux nouvelles réalités, Guy Bénard se tourne vers la technologie. « L’aide de la SADC nous a permis d’actualiser notre site web en intégrant de nouvelles fonctionnalités : un menu numérique, les commandes en ligne et la gestion de la comptabilité. L’aide représente entre 50 et 75%  des coûts investis pour améliorer nos technologies ». On voulait restreindre les manipulations physiques, diminuer le risque d’erreur dans les commandes et la comptabilité, tout en maximisant les efforts sanitaires. »
 
 
 La Belle Excuse
 
 
 
Entrepreneur : Mélanie Grenier
Entreprise : ÉRABLIÈRE GRENIER/CHOCOLATERIE KIAMIKA
Région : Kiamika /SADC des Laurentides
 
Quand une pandémie frappe en pleine saison de l’érable, on sait que ça ne sera pas facile. « Ce fut un choc de devoir cesser d’opérer si subitement une entreprise que mon père a bâti il y a 30 ans. » D’autant plus que l’entreprise venait d’investir beaucoup pour se conformer aux normes du secteur. Pris au dépourvu, ils se lancent rapidement dans le prêt-à-emporter afin d’écouler l’inventaire et se tournent vers la SADC Antoine Labelle pour aller chercher de l’aide technique. « Le FARR nous a permis de continuer de croire en ce qu’on a bâti. Grâce à lui, on a pu peaufiner notre offre take-out de menus à base d’érable le vendredi soir et des déjeuners du dimanche. » 
 Érablière2
 
Entrepreneur : Sylvain Hubert 
Entreprise : JENIK MODULAIRE
Région : Trois-Rivières/CAE Laprade-Trois-Rivières
 
Avant la pandémie, l’entreprise spécialisée dans la fabrication d’unités modulaires roule avec 25 employés et un carnet de commandes bien rempli. « Nous fabriquons principalement des roulettes de chantier pour la construction. La pandémie a vite généré des annulations de commandes,  la fermeture de l’usine et la perte de nombreux employés. Il fallait se réinventer. » Un rêve de longue date refait surface. «Le Fonds de relance nous a donné l’aide technique et le coup de pouce nécessaires pour lancer officiellement notre ligne de minimaisons. Ainsi, nous avons pu actualiser le site web de Jenik en incluant nos séries Mini et Uni. Les demandes abondent et nous avons réembauché la presque totalité de nos employés. »
 Jenik Modulaire
 
 
Ressource: le maire Miguel Lemieux
Projet : LES TERRASSE URBAINES
Région : Ville Salaberry-de-Valleyfied/SADC du Suroît-Sud
 
En pleine pandémie, il était important pour les autorités de la Ville de démontrer leur solidarité envers les commerçants afin de favoriser une relance économique. « L’aide consentie par la SADC nous a permis d’aménager des terrasses urbaines en 4 endroits différents du centre-ville. Avec leurs tables à pique-nique et leurs maisonnettes d’animation, ces endroits ont eu un impact positif sur les citoyens autant que les restaurateurs. » Ces lieux sont vite devenus des points de rencontre permettant aux travailleurs de socialiser à l’heure du lunch tout en respectant les mesures sanitaires. « Au-delà d’encourager le moral des troupes, la Ville s’est servie de la crise comme laboratoire pour expérimenter des moyens de rendre notre centre-ville plus attractif en mode post-pandémie. »
 
Entrepreneur : Charles Dufour
Entreprise : AVENTURE LAC-ST-JEAN
Région : Roberval/SADC Lac-Saint-Jean Ouest
 
Spécialisée dans l’observation de l’ours, la pêche, les croisières historiques et la pêche blanche, l’entreprise en tourisme d’aventure n’a pas été épargnée. « Mi-mars, la première vague a provoqué l’annulation des deux dernières semaines de pêche blanche. La fin de saison fut abrupte. Impossible de savoir si les marinas allaient ouvrir pour l’été. On nageait dans l’incertitude. » Heureusement pour Charles, le tourisme intra-Québec cherche à s’évader des grandes villes et répond à l’appel. Le nautique est sauvé mais l’observation de l’ours  –  attirant plutôt une clientèle européenne  –  affiche une baisse d’achalandage de 80%. « Fin juin, l’aide de la SADC via le FARR est arrivée à temps pour pouvoir survivre à l’été et surfer la deuxième vague. »
 Aventure Lac Saint Jean 2
 
Entrepreneur : Gabriel Gagnon
Entreprise : SKI CHIC-CHOCS
Région : Ste-Anne-des-Monts /SADC de la Haute-Gaspésie
 
Mi-mars, la fermeture du parc de la Gaspésie entraîne celle de Ski Chic-Chocs prenant ainsi au dépourvu la jeune relève qui vient tout juste de compléter le transfert d’entreprise de père en fils. Éligible à aucun programme, l’entreprise est en péril. « L’aide du FARR ne pouvait arriver à un meilleur moment pour garantir un fonds de roulement nous permettant d’envisager le futur. Nous en avons profité pour revoir l’ensemble du modèle d’affaires et diversifier notre offre sur 4 saisons ». L’entreprise développe le créneau vélo et offre en ligne la formation sécurité en avalanche. Ski Chic-Chocs s’est ainsi adapté à la nouvelle réalité, poursuivant sa mission d’amener le métier de guide à un autre niveau, tout en respectant les mesures sanitaires.
 
 Ski Chic Chocs
Entrepreneur : Guillaume Saumur
Entreprise : FINITION G&S
Région : Ste-Thérèse-de-la-Gatineau/SADC Vallée-de-la-Gatineau
 
Propriété de Sophie Lefebvre et Guillaume Saumur – compagnon charpentier-menuisier –  depuis 2018, Finition G&S sont de véritables spécialistes de la finition intérieure. « En mars, les projets allaient bon train ; les ventes avaient même doublé comparativement à l’année précédente ». Forcée d’arrêter ses opérations, l’entreprise a déjà engagé des dépenses pour les projets à venir. « Nous n’étions éligibles à aucun programme. Heureusement, il y a eu le FARR. Le fonds d’aide nous a beaucoup aidés dans un moment où nous avions besoin de liquidités pour garder la tête hors de l’eau. Ça nous a surtout donné la marge de manœuvre pour respecter nos engagements envers nos fournisseurs et sous-traitants. On pouvait enfin respirer. »
 
 
 
Entrepreneurs : Guillaume et Christophe Lelièvre St-Pierre 
Entreprise : DESTINATION HAUTE-MER 
Région : Matane/SADC de la région de Matane
 
Au printemps, à l’annonce d’une pandémie, les frères Lelièvre St-Pierre  – guides de pêche expérimentés – sont en plein démarrage de leur entreprise. Directement liée au secteur du tourisme, celle-ci a pour mission d’offrir des excursions de pêche sur le Saint-Laurent à partir de Matane. « Avec l’aide de la SADC de la région de Matane, le programme FARR nous a permis de continuer à développer un produit innovant qui se démarque dans l’offre touristique régionale. En fournissant le fonds de roulement aux opérations pendant la saison estivale et en lui permettant d’acquérir les ressources nécessaires au fonctionnement du projet, l’entreprise a pu mettre sur pied un nouveau produit durable autour de la pêche et de l’observation de mammifères marins. Merci à nos partenaires ! »