RETOUR

Portrait d’entreprise – Casse-croûte Chez Mamie Yoyo

05 juin 2024 SADC

Portrait d’entreprise – Casse-croûte Chez Mamie Yoyo

Il y a 10 ans, Gail Parker a quitté le secteur des VR pour celui de la restauration en acquérant le populaire Casse-croûte Chez Mamie Yoyo, à Pointe-à-la-Croix. Rencontre avec cette femme d’affaires dynamique, dont l’entreprise a obtenu du soutien de la SADC de Baie-des-Chaleurs.

 

L’entreprise, en bref

Ouvert de la mi-mars à la mi-octobre, le Casse-croûte Chez Mamie Yoyo de Pointe-à-la-Croix propose un menu varié incluant frites maison, poutines, burgers, ailes de poulet, poulet barbecue, pizzas, fruits de mer, soupes, salades et sandwiches, auxquels s’ajoutent les rafraîchissants produits de son bar laitier. Il est possible de manger sur place à l’intérieur ou sur la terrasse, ou encore de prendre des plats à emporter.

En quoi votre entreprise se démarque-t-elle?

« Par nos produits frais, affirme Mme Parker. Tout est maison. Il n’y a rien de préparé à l’avance, c’est cuit sur commande. » Elle mentionne aussi l’ambiance familiale et chaleureuse qui règne dans son restaurant. « Les gens aiment bien, spécialement l’été, s’asseoir sur la terrasse entre collègues de travail, entre amis. C’est un point de rencontre. » Et elle ajoute : « C’est un arrêt obligatoire l’été. J’ai mes réguliers et touristes qui viennent d’année en année. » Mme Parker précise également que son grand stationnement permet d’accueillir facilement les camions, autobus, roulottes et VR.

Pourquoi avez-vous choisi la voie de l’entrepreneuriat?

« C’était par hasard! », confie Mme Parker. Alors qu’elle occupait un emploi dans le secteur des véhicules récréatifs, elle s’est fait proposer d’acheter le Casse-croûte Chez Mamie Yoyo par l’entremise d’une connaissance. Cette acquisition impliquerait donc, pour elle, de travailler dans un tout autre domaine. Après y avoir réfléchi, Mme Parker se dit que ce serait une belle aventure. « Au départ, les employés qui étaient à l’emploi de l’ancien propriétaire sont tous restés. J’ai discuté avec chacun d’eux. Ils m’ont aidée à apprendre au jour le jour. Côté gérance, j’avais quand même de l’expérience. »

Qu’est-ce que le soutien de la SADC vous a apporté?

Mme Parker a obtenu un prêt de la part de la SADC. Elle mentionne avoir aimé pouvoir bénéficier d’un financement accessible, avec des versements adaptés à sa situation, étant donné que son entreprise est saisonnière. « J’ai beaucoup apprécié l’aide de la SADC », dit-elle.

Parlez-nous d’un « bon coup » qui vous rend fière en matière de développement durable.

« J’étais un peu d’avance au niveau du virage vert, mentionne fièrement Mme Parker. Ça fait déjà à peu près 6 ans que j’ai des contenants biodégradables. Même si c’était un peu plus dispendieux, c’était important pour moi de faire une différence. » Aux contenants mentionnés s’ajoutent des sacs de papier et des pailles biodégradables. Au moment d’écrire ces lignes, l’entreprise écoule ses derniers ustensiles de plastique. « Après, je tombe dans les ustensiles en bouleau! »

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui souhaite se lancer en affaires dans la Baie-des-Chaleurs?

« Je dirais que c’est la plus belle opportunité! », affirme Mme Parker. Elle souligne que les gens de la région sont là pour soutenir les petites entreprises locales. « Ça vaut la peine de foncer dans cette aventure-là. C’est le plus beau défi que je me suis donné. Il y a des hauts et des bas, mais il y a plus de hauts! » Mme Parker mentionne également l’importance de s’entourer d’une bonne équipe, et se dit très fière de ce qu’elle a accompli avec la sienne.

À propos de Gail Parker

Originaire de Campbellton, Gail Parker habite au Québec depuis 33 ans. Autrefois directrice commerciale dans le domaine des véhicules récréatifs, elle a acquis le Casse-croûte Chez Mamie Yoyo en 2013.

Partager cet article