GoFin: Trouve ton financement

Toutes les subventions et aides financières, en quelques clics

 

GoFin est l’outil de recherche rapide et précis qui permet aux PME d’identifier les sources de financement adaptées à leurs activités et besoins spécifiques.

Recherche simplifiée de subventions et financements pour les PME

Nous savons qu’il peut être difficile pour les entreprises de s’y retrouver parmi les différentes sources d’aides financières disponibles. C’est pourquoi les SADC et CAE vous proposent un outil de recherche détaillé et précis, vous permettant de trouver rapidement et gratuitement le financement adéquat pour chaque situation.


Notre moteur de recherche GoFin, propulsé par Fundica, recense des milliers de programmes de financement à l’échelle locale, provinciale et nationale. Il collecte en continu des informations pour garantir des résultats toujours complets, à jour et classés par ordre de pertinence.

4 types de financement répertoriés
  1. Subventions : Non remboursables, elles soutiennent des objectifs spécifiques et sont généralement versées avant ou pendant la période d’investissement.
  2. Prêts gouvernementaux : Contributions financières remboursables avec des conditions favorables, généralement versées avant la période d’investissement.
  3. Crédits d’impôt : Réductions potentielles sur l’impôt à payer, versées après les dépenses engagées pour certains types d’investissements.
  4. Garanties de prêts : Le gouvernement se porte garant d’un prêt, remboursant partiellement ou totalement en cas de défaut de paiement par l’entreprise. Fournies avant l’octroi d’un prêt.
 
Comment utiliser GoFin?
  1. Créez votre compte gratuitement.
  2. Remplissez les 5 champs obligatoires de votre profil d’entreprise.
  3.  Ajustez les filtres pour affiner votre recherche selon vos activités et besoins spécifiques.
  4. Visualisez les résultats organisés par type d’aide financière (subventions, prêts, crédits d’impôt et garanties de prêts).
  5. Ajoutez des aides financières à votre liste de favoris.
  6. Besoin d’accompagnement? Cliquez sur le lien pour trouver votre SADC ou CAE local et obtenir le soutien de nos conseillers.
Go pour trouver du financement?

Accédez à GoFin et identifiez les subventions et aides financières qui correspondent aux besoins de votre entreprise.

Modèle gratuit de matrice d’affaires (Business Model Canvas)

Créez une Matrice d’affaire complète et efficace qui vous aidera à clairement définir et exécuter votre stratégie d’entreprise.

Conseils Pratiques:

  • Visualisez: Dessinez votre Business Model Canvas sur un grand tableau ou utilisez des post-its pour pouvoir facilement ajuster les éléments.
  • Soyez concret: Utilisez des exemples concrets et spécifiques à votre entreprise pour remplir chaque composante.
  • Restez simple: Ne compliquez pas trop les choses, commencez avec des descriptions simples et détaillées au fur et à mesure.
  • Demandez de l’accompagnement: Les conseillers des SADC et CAE sont là pour vous aider à élaborer votre plan d’affaires.

Exemples de bonnes pratiques en développement durable

Afin de vous aider à intégrer de bonnes pratiques en développement durable au sein de votre entreprise ou votre collectivité, nous mettons ici à votre disposition des fiches de bons coups en développement durable à télécharger.

Ces bons coups sont regroupés par secteurs d’activité, cliquez pour télécharger la fiche.

Aide-mémoire: astuces pour maximiser vos liquidités

Il est crucial pour les entrepreneurs de prévoir et de surveiller les flux de trésorerie. Même une entreprise rentable peut vite se retrouver en difficulté faute de liquidités suffisantes pour financer ses opérations. Voici quelques trucs pour maximiser vos liquidités.

Guide: Comment rédiger des prompts efficaces pour ChatGPT ou Copilot

Un prompt est l’instruction ou la question que vous posez à l’intelligence artificielle. En fournissant des consignes claires et détaillées, vous obtenez des réponses précises et adaptées à vos besoins. Voici un outil pour rédiger des prompts efficaces à tout coup!

Modèle gratuit de prévisions financières

Les prévisions financières estiment les revenus, dépenses et profits futurs de votre entreprise. Elles sont essentielles pour planifier, gérer et évaluer votre performance financière, tout en facilitant l’obtention de financements. Téléchargez nos modèles gratuits de prévisions financières pour préparer votre avenir avec confiance.

Balado: Entreprendre son financement

Développé par la SADC des Laurentides, «Entreprendre son financement» est un balado qui vous guide à travers les différentes étapes du financement d’entreprise.

 

Comment vous sentez-vous à l’idée d’aller chercher du financement pour votre entreprise?

Découvrez les pièges à éviter et les organisations qui peuvent vous aider à trouver l’argent dont vous avez besoin pour démarrer ou faire croitre votre entreprise.

Plongez dans la discussion de quatre conseillers et conseillères aux entreprises et de quatre entrepreneur.e.s des Laurentides qui ont vécu une ou plusieurs demandes de financement.

Outils pour préparer la vente d’une entreprise

Un transfert d’entreprise ça ne s’improvise pas. Voici des outils pour vous aider à préparer la vente de votre entreprise.

Outils pour préparer l’achat d’une entreprise

Un transfert d’entreprise ça ne s’improvise pas. Voici des outils pour vous aider à préparer l’achat d’une entreprise.

Virage numérique des entreprises

Se doter d’outils numériques pour être compétitif sur le marché, c’est plus accessible que jamais pour les PME. Le numérique est maintenant à la portée de tous, avec un peu de savoir-faire, les bons outils et une stratégie adaptée. C’est là qu’entre en jeu la Route de l’entrepreneur, le portail qui permet de trouver la bonne ressource pour accompagner les entreprises à prendre le virage numérique à leur rythme.

Les premiers pas de votre entreprise dans le virage numérique

Le Web, c’est vaste et ça peut vite devenir intimidant. Mais avoir une présence numérique, ça ne veut pas dire être partout, tout le temps! Les conseillers des SADC et CAE qui accompagnent les entrepreneurs et les entreprises dans la planification de leur virage numérique les aident avant tout à prioriser les actions à prendre. Ils y vont à votre rythme, selon vos besoins réels.

Prendre le virage numérique pour une entreprise, ça peut simplement vouloir dire :

  • Réserver un nom de domaine pour créer un futur site Web
  • Se doter d’un logiciel d’inventaire ou de comptabilité
  • Accroître sa présence sur les médias sociaux
  • Suivre de la formation pour mieux maîtriser les nouvelles technologies
Comment poursuivre le virage numérique de votre entreprise?

Les PME dont la maturité numérique est plus grande y trouvent aussi leur compte. Partout au Québec, les SADC et CAE leur proposent des solutions pour aller plus loin dans leurs stratégies numériques. Une présence numérique, oui, mais une présence de qualité. Consultez votre SADC ou CAE local pour voir comment accentuer le virage numérique de votre entreprise et profiter de services spécialisés.

Vos projets numériques, notre expertise

Travailler main dans la main avec les entrepreneurs d’ici, c’est ce qui donne un sens à notre travail. Et pas mal ce qu’on fait de mieux! Que l’on aide une PME à adopter le numérique ou tout autre type d’accompagnement, nous nous faisons un devoir de lui offrir un soutien 100 % personnalisé. Pourquoi? Parce qu’aucune entreprise ne fait face aux mêmes défis ni à la même réalité sur le terrain. Il n’y a donc pas qu’une seule façon pour une entreprise de prendre le virage numérique.

Gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines est un volet important pour assurer le succès d’une entreprise. Cependant, en région, il est souvent ardu d’attirer et de garder ses employés, ce qui ajoute aux multiples défis quotidiens des entrepreneurs.

Si vous éprouvez de la difficulté avec la gestion de vos ressources humaines, soyez rassuré! Il existe plusieurs solutions et outils pour vous aider à son amélioration.

Le temps : ennemi numéro un de la gestion de vos ressources humaines

Les entrepreneurs ont souvent deux choses en commun : la passion… et le manque de temps! C’est majoritairement ce dernier facteur qui nuit à la gestion de leurs ressources humaines.

Comme il est impossible d’en inventer, il faudra vous en trouver! Pour ce faire, vous pouvez dresser un bilan de chacune de vos tâches avec leur durée. Ainsi, vous serez en mesure de vérifier si votre temps est bien distribué et, peut-être, libérer une fenêtre.

L’exercice est également intéressant à faire avec vos employés. Sont-ils toujours occupés? Pourriez-vous en décharger un quelques heures par semaine pour vous donner un coup de main avec la gestion des ressources humaines? Des fois, c’est tout ce qu’il faut.

Allez droit au but

Pour être efficace dans sa gestion des ressources humaines, il faut avoir les idées structurées. Si vous êtes à la recherche d’employés, dressez une liste de ce que vous visez et de ce que vous ne voulez pas. Vous aurez ainsi la tête claire lors de la rédaction de votre offre d’emploi et des entrevues.

Même chose pour la gestion de vos employés actuels. Si vous êtes capables de verbaliser votre vision des choses, elle sera concise pour eux aussi. Vous éviterez ainsi d’éventuels conflits.

Cela dit, vous ne pourrez avoir une vision éclairée sans vous être posé les bonnes questions au préalable :

  • Que souhaitez-vous pour votre entreprise pour les prochaines années?
  • Avez-vous établi une stratégie de croissance? Si oui, savez-vous combien d’employés supplémentaires il vous faudra pour atteindre vos objectifs?
  • Existe-t-il une description d’emploi pour chacun des postes?
  • Y a-t-il une procédure d’embauche mise en place?

Ce type de questionnement simple peut grandement contribuer à la création d’une stratégie efficace. Les conseillers de votre SADC ou de votre CAE peuvent vous aider dans vos démarches.

Demandez de l’aide pour une meilleure gestion de vos ressources humaines

L’ouverture d’esprit et la communication sont souvent gage d’une bonne gestion des ressources humaines. Si ça ne vous semble pas naturel, c’est normal! Chaque entrepreneur a ses forces et ses faiblesses : il est humain. Travailler sur ses lacunes, c’est investir dans son entreprise à long terme.

N’hésitez pas à contacter les SADC et CAE de votre région. En vous posant les bonnes questions, ils seront en mesure de poser un diagnostic sur votre situation actuelle et pourront :

  • Discuter avec vous des options possibles;
  • Vous fournir des outils simples et efficaces qui feront une différence concrète;
  • Vous diriger vers les bonnes ressources;
  • Etc.

Leurs conseillers sont des gens de terrain qui connaissent votre réalité et qui la comprennent. Avec eux, vous pourrez trouver des pistes de solution réalistes pour la gestion de vos ressources humaines. Des solutions qui collent à vos besoins.

Opération et production d’entreprise

Une bonne gestion des opérations et de la production de votre entreprise est essentielle pour rester compétitif et se démarquer de la concurrence.

Observer son marché, se remettre en question, réajuster ses objectifs et évoluer est souvent la seule façon d’y arriver. Toutefois, dans certaines entreprises, le volet opération et production est parfois délaissé au profit de plusieurs autres dossiers à régler.

Vous êtes entrepreneur et vous cherchez à améliorer la gestion des opérations et de la production de votre entreprise? Vous êtes sur le bon chemin avec La route de l’entrepreneur!

Opération et production d’entreprise : planifiez votre réussite

En entrepreneuriat, ne pas faire de plan revient souvent à planifier son échec.

À la façon d’une carte routière, votre plan vous indiquera où vous voulez vous rendre, en combien de temps et par quel chemin. Vous pourrez y inscrire toutes les étapes d’opération et de production de votre entreprise, le rôle de chaque acteur, le temps qui devra être mis sur chacune des tâches, etc.

De cette façon, toute votre équipe sera sur la même longueur d’onde et vous éviterez de nombreuses pertes de temps.

Se remettre en question

Le marché évolue et vos concurrents aussi. Pour arriver à une gestion des opérations et de production qui vous pousse à la réussite, il est impératif de procéder à un bilan annuel.

Votre marché est-il le même que l’année précédente? Où vous y situez-vous dorénavant? Votre concurrence a-t-elle amélioré sa production de façon significative? Y a-t-il des choses à corriger dans votre processus interne? Est-ce que les délais et les objectifs que vous vous étiez fixés sont encore raisonnables?

Toutes ces questions vous aideront à poser des diagnostics et à trouver des solutions qui feront évoluer les opérations et la production de votre entreprise pour le mieux.

Notre réseau peut faire une différence dans l’opération de votre entreprise

Les SADC et CAE de votre région sont remplis de ressources dont vous pourriez bénéficier pour optimiser votre gestion des opérations et de production.

Leurs conseillers connaissent le milieu et pourront vous aider dans vos réflexions de logistique. Ils possèdent un recul que certains entrepreneurs n’ont peut-être plus sur leurs problématiques et arrivent à poser des diagnostics concrets.

Profitez du réseau que vous offrent vos SADC et CAE! Ensemble, vous pourrez mener votre projet à bon port.

Marketing et vente

Le volet marketing et vente demande beaucoup de temps, de connaissances et d’énergie aux entrepreneurs.

Une bonne stratégie de marketing et de vente et une bonne planification sont souvent au cœur de la réussite d’une entreprise. Dans certains cas, c’est même ce qui peut déterminer son succès ou son échec.

Cela étant dit, pas de panique! Votre plan marketing et vente n’est pas obligé d’être compliqué. Il suffit parfois d’avoir les bonnes pistes de réflexion et des outils simples pour atteindre vos objectifs.

Marketing : le chemin qui mène à la vente

Pour être en mesure d’établir un plan de match efficace qui vous conduira à vos objectifs de vente, il faut comprendre l’importance du volet marketing pour votre entreprise.

De façon générale, la notion de marketing englobe tout ce qui est déployé pour mener à la vente de votre produit ou de votre service. Analyse de la clientèle cible et du marché, image de marque, présence sur les réseaux sociaux, publicité, participation à des évènements… Tout ce qui conduit vos acheteurs potentiels à connaître votre entreprise et à désirer votre service ou votre produit est du marketing.

Établir une bonne stratégie de marketing est donc l’étape à prendre en considération avant de réfléchir aux techniques de vente à adopter. Pour savoir où vous diriger avec votre stratégie, replongez-vous dans votre étude de marché! Elle regorge d’informations pertinentes sur les clients que vous souhaitez atteindre

Vente : le moment décisif

La vente est un moment délicat où votre client potentiel devient acheteur. C’est là que toute votre stratégie marketing prend son sens. Il faut donc s’assurer de ne jamais précipiter les choses.

Votre technique de vente est-elle adaptée au produit ou au service que vous proposez? Colle-t-elle à votre clientèle? Est-ce que votre équipe de vente est composée des bonnes personnes? En marketing et en vente, chaque petit détail a le pouvoir de changer la donne!

Par où commencer avec le volet marketing et vente

Être gestionnaire d’entreprise demande de porter plusieurs chapeaux à la fois. Si vous êtes débordé et que vous ne savez plus où donner de la tête avec le volet marketing et vente, c’est complètement normal!

Trouvez les SADC et CAE de votre région et contactez-les! Leurs conseillers vous aideront à réfléchir de façon stratégique et à déboucher vers des solutions réalistes. Si jamais vous avez besoin d’un soutien plus poussé, ils se feront un plaisir de vous diriger vers une ressource plus spécialisée ou des experts.

Management d’entreprise

Savoir manager une entreprise n’est pas toujours inné. Chaque entrepreneur possède des forces et des faiblesses qui lui sont propres, et il n’y a rien d’anormal là-dedans! Si vous souhaitez améliorer le management de votre entreprise, sachez que plusieurs ressources sont disponibles pour vous faciliter la tâche. La route de l’entrepreneur est là pour vous aider à y voir plus clair.

L’importance du management d’entreprise

Le terme « management » peut sembler vague, mais c’est qu’il réfère, en effet, à plusieurs éléments à la fois. En fait, tout ce qui touche aux techniques de gestion, d’organisation et de direction d’une entreprise est du management.

Il s’agit donc d’un volet important dans l’atteinte de vos objectifs. Un bon plan de management d’entreprise est un peu comme le gouvernail d’une embarcation : c’est ce qui vous gardera sur le bon chemin et qui vous mènera à bon port.

Par où commencer avec le management de votre entreprise

Pour arriver à une stratégie de management d’entreprise efficace, l’idéal est de dresser une liste claire et précise de vos objectifs. Vous pourrez alors les diviser en sous-objectifs atteignables à court ou à moyen terme. Le but ici est d’avoir une vision détaillée des étapes à franchir et des ressources à mobiliser pour y parvenir.

Observer ce qui vous entoure et rester ouvert aux possibilités fait également partie d’une bonne stratégie . Même avec un plan et des objectifs définis, il faut savoir réajuster le tir pour s’adapter à son milieu.

Vous ne savez pas par où commencer avec le management de votre entreprise? Contacter les conseillers des SADC et CAE de votre région peut être un bon point de départ. Ils pourront vous diriger vers des outils simples qui feront une réelle différence.

Miser sur son équipe

De plus en plus d’entrepreneurs le comprennent : des employés motivés sont des employés qui vous mèneront à l’atteinte de vos objectifs. Comment faire, donc, pour entraîner cette motivation?

Plusieurs facteurs peuvent influencer les réponses, mais miser sur des éléments simples comme le développement d’un bon esprit d’équipe, l’écoute, le bien-être, la bonne communication de ses objectifs et des changements est souvent une bonne façon de stimuler ses employés.

Cela dit, aucune entreprise n’est parfaite! Un entrepreneur peut parfois se sentir dépasser par la gestion de son équipe, et ça fait partie du métier. Les conseillers des SADC et CAE sont là pour vous épauler à chaque étape de développement de votre entreprise, et le management en fait partie.

Comptabilité et finance

Le volet comptabilité et finance est fondamental dans la gestion d’une entreprise. Cela dit, il est souvent considéré comme la bête noire des entrepreneurs. En effet, rares sont ceux qui se lancent en affaires pour le plaisir de jouer au comptable ou au fiscaliste!

La bonne nouvelle, c’est que gérer sa comptabilité et ses finances de façon efficace, ça s’apprend! Plusieurs ressources et outils sont mis à la disposition des entrepreneurs pour les aider avec ce passage obligatoire.

SADC et CAE pour vous aider avec votre comptabilité et vos finances

L’apprentissage de la comptabilité et des finances est essentiel pour un entrepreneur.

Les SADC et CAE de votre région peuvent vous aider à comprendre votre état financier. Ils peuvent aussi déterminer avec vous les indicateurs importants que vous pourriez suivre pour une gestion saine de vos finances. Si jamais vos besoins en comptabilité demandaient une expertise particulière, ils vous dirigeraient vers les bonnes ressources.

Contacter sa SADC ou son CAE est souvent un bon premier pas vers la prise en main de la comptabilité et des finances de son entreprise. Leurs conseillers connaissent les réalités des petites entreprises de leur région. Ils sauront vous écouter et vous orienter vers des pistes de solutions concrètes.

Soyez assidu dans la gestion de votre comptabilité et de vos finances

Pour le dire sans détour, être à jour est la clé pour une bonne gestion de votre comptabilité et de vos finances. C’est le seul moyen de ne pas se décourager! Aussi, ça vous permettra d’identifier vos problèmes rapidement et de rectifier le tir sans trop de complications.

Vous n’êtes pas seul!

Vous aimeriez mieux comprendre tout ce qui touche à la comptabilité et aux finances de votre entreprise? Ne vous découragez pas, vous n’êtes pas seul!

Comme vous n’êtes ni le premier ni le dernier entrepreneur à rencontrer ce type de problème, de plus en plus de logiciels et de plateformes d’apprentissage en ligne voient le jour. Ils sont de plus en plus faciles à utiliser et ne nécessitent souvent que quelques heures de formation.

Vous pouvez aussi vous informer sur les cercles d’entrepreneurs ou sur les options de mentorat. Les propriétaires d’entreprise se sentent parfois isolés avec leurs problèmes de comptabilité et de finances que peuvent ne pas comprendre leurs proches. Échanger avec des gens qui partagent votre réalité peut mener à des solutions insoupçonnées!

Google profile d’entreprise, un essentiel

En tant qu’entreprise, association ou organisation, Google Profile d’entreprise est un outil incontournable pour vous. Les fiches Google deviennent aujourd’hui un élément central, voire essentiel pour votre visibilité. Elles permettent de partager votre information, mais elle est aussi un outil gratuit qui met en valeur vos activités, produits ou services qui bénéficient de la visibilité Google.

Google profile d’entreprise est un support complémentaire à votre site web qui possède de nombreux avantages :

  • Une carte de visite numérique sur le moteur de recherche le plus utilisé au monde
  • Une visibilité multisupport (moteur de recherche et maps)
  • Une amélioration de votre position dans les résultats de recherche
  • Une augmentation du trafic qualité en magasin
  • Une meilleure compréhension de votre activité
  • Une fidélisation simplifiée
  • Une légitimité aux yeux des internautes
  • Une meilleure visibilité locale

Il vous permettra aussi de :

  • Interagir gratuitement avec vos clients sur Google
  • Attirer des clients avec un bon profil d’entreprise
  • Offrir à vos clients plus de moyens pour vous joindre

Avec votre profil d’entreprise gratuit, vous pourrez publier des photos et des offres afin de montrer ce qui vous différencie, mais surtout, donner des raisons à vos clients de vous choisir chaque fois!

Faites un test avec votre entreprise, « googlez-la ».

Ce seront les fiches d’entreprises qui seront présentées par Google qui apparaîtront en premier. Il se peut que vous vous trouviez, mais que vos informations soient erronées (emplacement, heures d’ouverture, photos, description, commentaires). Il se peut que vous n’existiez tout simplement pas! La fiche est à créer. Ce sera cette fiche Google qui sortira en premier, il est donc nécessaire que votre entreprise ait sa fiche à jour. Vos clients utiliseront cette information pour poursuivre leurs recherches, faire des appels ou des visites. Être lié aux utilisateurs du Web est essentiel aujourd’hui. Peu importe la taille de votre entreprise, les retombées sont importantes pour votre bon développement. Avec un une fiche Google Mon entreprise, vous pourrez :

  • Être repéré plus facilement
  • Aider un client à se rendre à vous
  • Avoir des commentaires sur vos produits
  • Développer la relation avec les usagers de vos services

Pourquoi l’utiliser?

  • C’est gratuit
  • Aider vos clients à vous localiser
  • S’assurer d’une meilleure visibilité dans les résultats de recherche mobile/web
  • Mesurer le trafic et l’audience de votre fiche entreprise
  • Obtenir les opinions de votre clientèle

Par où commencer?

  1. Vérifier que votre entreprise possède sa fiche. Si elle n’est pas revendiquée, aller la revendiquer pour en prendre le contrôle. Valider l’information qui s’y trouve et voir s’il n’y aurait pas moyen de l’améliorer et de l’animer.
  2. Si vous n’avez pas de fiche, aller la créer à cette adresse : Google Mon entreprise : pour favoriser la fidélisation des clients sur Google

Google Profile d’entreprise affiche les informations liées à votre établissement et mets vos clients potentiels et vos clients actuels en contact direct avec votre entreprise. Il augmente votre visibilité afin de fidéliser vos clients. Voici un outil à utiliser sans aucune modération.

Repreneuriat et relève d’entreprise

Le repreneuriat peut être l’occasion de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale dans les meilleures conditions possible. Après tout, l’entreprise existante a déjà de précieux actifs : une clientèle, des employés, des fournisseurs, de l’équipement, un nom établi ainsi qu’un savoir-faire développé au fil du temps. Pour un entrepreneur qui opte pour la relève d’entreprise, le défi peut être tout aussi grand et stimulant que de fonder sa propre PME.

Propriétaire de PME cherche repreneur

Avec les départs à la retraite et l’effervescence du milieu entrepreneurial au Québec, les possibilités de repreneuriat se font plus nombreuses. Quand un propriétaire de PME songe au transfert de son entreprise, il peut envisager plusieurs types de repreneurs.

  • Repreneuriat familial : L’entreprise est transférée à un ou plusieurs membres de la famille de son propriétaire, généralement d’une génération à une autre.
  • Repreneuriat à l’interne : Un ou plusieurs employés se portent acquéreurs de l’entreprise pour laquelle ils travaillent.
  • Repreneuriat par un entrepreneur : Le repreneur est un entrepreneur externe à l’entreprise qui arrive avec une toute nouvelle perspective.
La clé d’un repreneuriat réussi : la planification

La relève d’une entreprise, ça ne s’improvise pas! Que la PME soit cédée ou non à un successeur qui en connaît tous les rouages (membre de la famille ou employé), son repreneuriat nécessite plusieurs étapes essentielles. Une fois la bonne personne trouvée pour reprendre les rênes de l’entreprise, les modalités de transfert, la période de transition et de transmission des pouvoirs, le plan de relève du repreneur sont tous des éléments à négocier. Souvent, le propriétaire cédant et le repreneur « cohabiteront » pendant une certaine période pour assurer la relève optimale de l’entreprise et la poursuite des activités.

Repreneuriat : l’accompagnement d’un tiers

Dans une transaction commerciale d’une telle complexité, plusieurs professionnels sont appelés à intervenir : avocats, notaires, comptables, voire même psychologues ou médiateurs. En complément de ces services professionnels, saviez-vous que les SADC et CAE offrent un accompagnement personnalisé, neutre et 100 % confidentiel aux propriétaires cédants et aux repreneurs? Leur expertise en transfert d’entreprise et leur grande connaissance du milieu des affaires de leur région facilitent les démarches de repreneuriat pour toutes les parties impliquées.

Accompagnement pour vendre son entreprise

Vendre son entreprise, ce n’est pas une décision prise à la légère! Retraite, nouveau projet entrepreneurial ou retour sur le marché du travail comme salarié : peu importe ce qui motive un propriétaire à vendre son entreprise, les bonnes ressources et du coaching peuvent faire toute la différence pour traverser cette étape harmonieusement.

Vendre une PME : par où commencer?
  • Quelles sont les motivations qui poussent le propriétaire à vendre son entreprise? Sont-elles circonstancielles ou définitives?
  • Le contexte économique est-il favorable pour vendre son entreprise ou la PME risque-t-elle d’avoir plus de valeur dans quelques mois ou quelques années?
  • Si l’entreprise vit des difficultés, d’autres options que la vente sont-elles envisageables ou souhaitables pour redresser la situation?
  • Quels éléments pourraient être améliorés avant la transaction pour augmenter la valeur ou l’attrait de l’entreprise?
  • Un repreneur potentiel est-il déjà identifié?
Vendre son entreprise à sa juste valeur

Pour vendre une PME, la détermination de la valeur est le nerf de la guerre. De nombreux propriétaires choisissent d’être étroitement accompagnés pour cette étape déterminante. Après tout, la valeur d’une PME repose sur une foule de facteurs qui ne sont pas toujours faciles à chiffrer :

  • Situation financière de l’entreprise et sa compétitivité dans l’industrie
  • Conjoncture économique et état du marché
  • Actifs tangibles et intangibles : employés, force de vente et réseau de distribution, inventaire, biens immobiliers, clientèle, présence numérique et actifs technologiques, propriété intellectuelle, etc.
  • Réputation de l’entreprise
  • Potentiel de croissance
  • Structure de gouvernance en place
  • Et tellement plus!

C’est pourquoi, pour vendre son entreprise et obtenir le juste prix, vaut mieux être accompagné par des professionnels et bénéficier d’une perspective externe et objective.

Guider en toute confidentialité

Vendre son entreprise est une transaction commerciale stratégique et délicate. Lorsqu’ils accompagnent les chefs d’entreprise dans ces démarches d’envergure, les SADC et CAE le font en toute confidentialité et avec un grand professionnalisme. Grâce à leur connaissance du terrain, ils sont en bonne posture pour jumeler entrepreneurs cédants et repreneurs. C’est ce qui en fait des partenaires de choix. Communiquez avec votre SADC ou CAE local pour vendre une PME en ayant l’esprit tranquille quant aux étapes à franchir.

Trouver un repreneur pour son entreprise en 4 étapes clés

Comment planifier sa relève ?

Pour un propriétaire de petite entreprise qui souhaite prendre sa retraite ou simplement changer d’activité, trouver un repreneur pour son entreprise comporte des défis, surtout en région. De manière générale, les projets de transmissions sont confidentiels, question d’éviter de déstabiliser les salariés et fragiliser la clientèle. Puisque rares sont les cédants qui annoncent en grande pompe leur désir de vendre, comment envisager un rapprochement avec des repreneurs potentiels et réussir sa relève? Procédez par ces étapes pour faire connaître votre offre de cession progressivement et discrètement.

1. Trouver un repreneur pour son entreprise : la planification est la clé

La relève d’une entreprise, ça ne s’improvise pas! Entre le moment où vous pensez céder votre entreprise et celui où la transition sera officielle, il peut se passer plusieurs années. Planifier votre départ à l’avance est donc un excellent moyen de vous assurer la retraite que vous convoitez.

Prenez le temps de définir vos objectifs. Souhaitez-vous vendre votre entreprise rapidement ou dans plusieurs années? Comptez-vous cesser toute activité ou de passer le flambeau progressivement en restant actif dans l’entreprise? Souhaitez-vous vendre à la concurrence ou préserver l’indépendance de votre entreprise? Les réponses à ces questions vous permettront d’identifier le profil de repreneur à chercher.

Prendre le temps nécessaire vous permettra également de tâter le terrain autour de vous, puisqu’il est primordial de communiquer ses intentions et de vérifier l’intérêt de la relève. Commencez à parler de votre projet à vos proches, à vos employés actuels, à certains de vos clients, à votre réseau professionnel, etc. Peut-être que l’idée de reprendre le flambeau fera son chemin chez l’un d’entre eux pour vous offrir l’accord parfait.

Finalement, commencez à déléguer certaines tâches pour faire gagner de l’autonomie à votre personnel et vous consacrer à l’exécution de votre plan.

2. Identifier les repreneurs pour votre entreprise

Le profil de votre futur repreneur commence déjà à se dessiner parmi différents types :

  • Repreneuriat familial : L’entreprise est transférée à un ou plusieurs membres de la famille de son propriétaire, généralement d’une génération à une autre.
  • Repreneuriat à l’interne : Un ou plusieurs employés se portent acquéreurs de l’entreprise pour laquelle ils travaillent.
  • Repreneuriat par un entrepreneur : Le repreneur est un entrepreneur externe à l’entreprise qui arrive avec une toute nouvelle perspective.

Peu importe le profil du repreneur pour votre entreprise, il arrivera avec sa propre feuille de route, son expérience, sa personnalité et sa vision des choses. Il sera différent de vous, alors inutile de rechercher un clone de vous-même! Il est préférable d’affiner les critères de recherche et de vous en tenir aux compétences ou aptitudes réellement incontournables qu’il doit avoir (relations-clients, connaissance du marché, savoir-faire) pour un meilleur ciblage.

Pour trouver un bon candidat, mobilisez vos ses réseaux personnels et professionnels proches d’abord : famille, amis, clients, même des fournisseurs. Pour multiplier les chances de trouver un repreneur, il est judicieux pour un cédant d’élargir son cercle en fréquentant des réseaux d’entrepreneurs locaux.

La meilleure porte où frapper? Les experts-conseil des SADC et CAE près de chez vous sont d’importants alliés qui connaissent mieux que quiconque le marché local. Leurs réseaux, leurs partenariats et leurs échanges sous couvert de confidentialité permettent d’aboutir le plus souvent à la découverte d’acquéreurs potentiels.

3. Considérez les facteurs humains dans votre plan de relève

En plus du cédant lui-même, les proches, les employés et les partenaires passeront certainement à travers une gamme d’émotion et beaucoup de stress au cours du processus. Un volet capital de votre plan de relève à ne pas négliger est l’aspect humain derrière le processus. Réfléchissez à l’avance à chacun de ces facteurs humains vis-à-vis différentes parties prenantes :

Repreneur:

  • Partage-t-il la culture de l’entreprise? Ses valeurs correspondent-elles
  • Quels sont ses compétences de gestion et son style de leadership?
  • Qu’a-t-il comme vision pour le capital humain?

Employés :

  • Avez-vous un plan pour communiquer efficacement le changement aux employés?
  • À quel point voulez-vous les impliquer dans le processus de transfert?
  • Des salariés sont-ils à risque de quitter? Avez-vous un plan de rétention?

Vous-même :

  • Disposez-vous d’un bon réseau pour vous accompagner? (coach, famille, mentor, conseillers spécialisés)
  • Avez-vous envisagé la suite à votre départ, quelles seront vos activités?Comment combler le vide?
  • Êtes-vous prêt à lâcher prise?

4. Trouver un repreneur : l’accompagnement d’un tiers

Vous avez travaillé de nombreuses années pour mener votre projet là où il est aujourd’hui, vous entourer d’une bonne équipe est donc essentiel pour réussir votre transmission. Dans une transaction commerciale d’une telle complexité, plusieurs professionnels sont appelés à intervenir : avocats, notaires, comptables, voire même psychologues ou médiateurs.

Entourez-vous d’une équipe-conseil compétente en qui vous avez confiance:

  • Comptables : pour une juste valeur de votre entreprise et des prévisions financières réalistes et adaptées aux opérations futures.
  • Notaires/fiscalistes/ Avocats : pour le choix du meilleur scénario de vente selon des impacts fiscaux et patrimoniaux bien calculés et désirés.
  • Spécialistes en financement et relève : pour arrimer vos attentes avec des scénarios de financement réalistes et en harmonie avec la valeur de votre entreprise et de la préqualification de l’acheteur.

 

En complément de ces services professionnels, saviez-vous que les SADC et CAE offrent un accompagnement personnalisé, neutre et 100 % confidentiel aux propriétaires cédants et aux repreneurs? Leur expertise en transfert d’entreprise et leur grande connaissance du milieu des affaires de leur région facilitent les démarches de repreneuriat pour toutes les parties impliquées.

Pour éviter de vous lancer à l’aveuglette dans un processus de repreneuriat, l’expertise des conseillers de votre SADC locale peut être un solide coup de pouce.

 

Rédigé avec la collaboration des conseillers de la SADC des Laurentides.

Comment calculer un coût de revient?

Ça y est! Vous avez pris la décision de vous lancer en affaires, de vivre de votre passion. Vous avez trouvé un nom accrocheur pour votre petite entreprise, imaginé un logo, complété une étude de marché et élaboré un plan marketing… Ou vous avez simplement le vent dans les voiles et vous vous apprêtez à développer de nouveaux produits?

Vous êtes rendu à l’étape d’établir le prix de vos produits. Comment procéder? La première étape est de calculer avec justesse vos coûts de revient.

 

Qu’est-ce que le coût de revient ?

Le coût de revient représente l’ensemble des charges directes et indirectes que votre entreprise doit payer pour fabriquer un produit ou pour offrir un service, ainsi que sa rentabilité. Il permet de déterminer la marge brute et de fixer un prix de vente.

Le coût de revient comprend :

  • Les coûts de production
    Ils concernent l’ensemble des frais nécessaires à la production : le coût d’achat des matières premières, le salaire du personnel, la quote-part des amortissements liés à la production et les autres charges variables et fixes utilisées telles que le loyer, la consommation d’électricité, etc.
  • Les coûts d’achat de production
    Ils concernent l’approvisionnement utile à la production : les frais de livraison, les frais de douanes, etc.
  • Le coût de distribution des produits et services
    Ce sont tous les frais liés à la commercialisation du produit ou du service : les charges de publicités, de transport sur les lieux de vente, les frais d’emballage, etc.
  • Le coût administratif de production d’un produit ou d’un service
    Ce sont les frais liés aux fonctions supports et administratives de l’entreprise (service après-vente, services généraux) : les salaires des équipes de la direction, du service comptable, etc., la quote-part des amortissements du matériel utilisés par ces services.

Pourquoi est-ce important de déterminer le coût de revient?

Peu importe la taille de votre entreprise ou votre secteur d’activité, le calcul du coût de revient est un outil fondamental pour fixer le prix de vente de vos biens ou de vos services. Une fois déterminé, vous pourrez chercher à le réduire au maximum, pour augmenter vos marges de profits. C’est un outil essentiel au plan d’affaire, qui vous donne une longueur d’avance quand vient le temps de faire une demande de financement.

Comment calculer le coût de revient?

Le calcul du coût de revient se fait selon les charges directes et indirectes de votre entreprise. Il doit être déterminé pour chaque produit ou service que vous offrez.

Il se calcule en additionnant les charges directes et indirectes, puis en divisant la somme obtenue par la quantité de biens produits ou de services rendus.

Cout de revient 1 1

Exemple de calcul

Prenons l’exemple de Julie, propriétaire d’une ébénisterie. Pour sa première année en affaire, elle a décidé d’offrir seulement des tables.

Si pour produire 100 tables les charges directes totalisent 25 000$ et les charges indirectes 40 000$, le coût de revient se calculera ainsi :

(25 000$ + 40 000$) / 100 = 650$

Le coût de revient des tables de Julie est 650$.

Ce calcul permet à Julie de connaitre le coût unitaire de ses tables, et d’en fixer le prix de vente de sorte que son entreprise puisse rentrer dans ses frais. Julie devra ensuite déterminer le montant de la marge qui lui permettra de dégager des profits de la vente de ses tables.

Si Julie désire offrir d’autres produits à ses clients, par exemple des chaises, elle devra répartir les coûts de son entreprise sur ses tables et ses chaises pour déterminer le coût de revient de chaque produit.

Êtes-vous prêts à calculer le coût de revient de vos produits ou de vos services?

Les conseillers de votre SADC ou CAE local sont là pour vous accompagner dans cette étape cruciale pour la rentabilité de votre entreprise. Ils sauront vous aider à démystifier chaque étape et aborder le calcul du coût de revient en toute simplicité, ou presque!

7 conseils pour mieux gérer les liquidités de votre entreprise

L’entreprise d’entretien paysager de Julien est en plein essor. Le téléphone ne dérougit pas et la clientèle a doublé dans la dernière année. Julien doit embaucher 4 employés supplémentaires pour répondre à la demande et honorer ses contrats.

Pour l’aider à assumer l’augmentation de sa masse salariale, il a besoin de financement. Il fait une demande de prêt auprès de sa banque. Il reçoit une réponse négative de l’institution financière.
Pourquoi ? La liquidité de l’entreprise est insuffisante. Une grande part des liquidités de la jeune entreprise de Julien est, en effet, immobilisée dans l’équipement.

Voilà un exemple concret de l’influence de la liquidité sur la capacité de croissance d’une entreprise.

Ça prend de l’argent pour faire de l’argent ! Il est primordial d’avoir un fonds de roulement à la hauteur de ses ambitions, et pour être prêt en cas d’imprévus ou de croissance exponentielle, comme dans le cas de Julien.

« Se virer sur un 10 cennes », toutes les petites entreprises le font à un moment ou à un autre, mais vaut mieux prévoir et planifier lorsqu’il est question de liquidités, afin d’établir un plan de croissance réaliste.

Voici 7 conseils pour vous aider à gérer et optimiser les liquidités de votre entreprise :

1. Évaluer les flux de trésorerie :

Il est essentiel de savoir combien d’argent entre et sort de votre entreprise pour comprendre et gérer vos liquidités. Analysez régulièrement vos flux de trésorerie pour vous assurer de toujours savoir où va votre argent et de combien vous disposez.

2. Développer un budget de trésorerie

Avoir un budget pour vos liquidités vous aidera à comprendre votre situation financière et à planifier vos dépenses futures. Un budget de trésorerie vous aidera à suivre les dépenses de votre entreprise et vous évitera de manquer d’argent.

3. Négocier les conditions de paiement

Négocier des conditions de paiement avec vos fournisseurs peut vous aider à gérer votre trésorerie et à vous assurer que vous ne manquez pas d’argent. Il est également important de négocier les conditions de paiement avec les clients, afin de recevoir les paiements en temps voulu et d’avoir suffisamment d’argent pour couvrir vos dépenses. En outre, vous pouvez envisager des options telles que l’affacturage, le financement de factures et les marges de crédit pour vous aider à augmenter vos liquidités.

4. Réduire les coûts

Réduire les coûts est un excellent moyen d’augmenter vos liquidités. Cherchez des moyens de réduire les dépenses, par exemple en renégociant les contrats avec les fournisseurs ou en trouvant des moyens de réduire les frais généraux.

5. Augmenter les revenus

L’augmentation de vos revenus est un autre excellent moyen d’augmenter vos liquidités. Envisagez des moyens d’augmenter les ventes, comme le lancement de nouveaux produits ou services, ou l’offre de remises ou de promotions.

6. Utiliser la technologie

L’utilisation de la technologie peut vous aider à rationaliser les processus et à économiser de l’argent. Investir dans des logiciels et dans l’automatisation peut vous aider à gagner du temps et de l’argent, et à gérer vos liquidités plus efficacement.

7. Surveiller ses liquidités

Surveillez régulièrement vos liquidités pour vous assurer que vous avez toujours assez d’argent disponible pour couvrir vos dépenses. Examinez régulièrement vos états de flux de trésorerie et vos bilans pour vous assurer que vous êtes au courant de tout changement dans votre situation financière.

Pour transformer ces conseils en actions concrètes, et les adapter à la réalité de votre entreprise, les conseillers de votre SADC locale et votre comptable sont vos alliés.

5 actions pour aider votre entreprise à lutter contre l’inflation

INFLATION : Situation ou phénomène caractérisé par une hausse généralisée et continue du niveau des prix, peut-on lire dans le dictionnaire Larousse.

Cette hausse aura été de 8,1% sur 12 mois (juin 2022). La plus grande variation annuelle de l’indice des prix à la consommation (IPC) depuis presque 40 ans, selon Statistique Canada. On s’en souviendra longtemps. Particulièrement les PME.

Les petites et moyennes entreprises sont en effet confrontées à de nombreux défis : pénurie de main d’œuvre entrainant des hausses salariales, coûts d’approvisionnement plus élevés, fournisseurs moins flexibles, etc.

Bref, le coût des intrants augmente et les marges de profit diminuent. Ces impacts de l’inflation mettent à risque la santé financière des entreprises. Bien que vous ne puissiez contrôler l’inflation, vous pouvez mettre en place des actions qui vous permettront de lutter contre celle-ci et protéger votre petite entreprise.

1. Analyser vos données

Afin de mettre en place des stratégies gagnantes, vous devez, en premier lieu, avoir une image claire de votre situation financière. Plus vous connaitrez votre marché et votre situation avec précision, mieux vous saurez agir en prenant les bonnes décisions.

Connaitre le coût de revient de chaque produit ou service est essentiel, à cette étape-ci.

Même si vous avez déjà fait l’exercice, plusieurs variables changent en même temps dans le marché actuel, dont le coût des intrants et les salaires. Il est important d’avoir une vision claire de la situation actuelle.

Ceci vous permettra de déterminer si certains de vos produits ou services sont moins rentables ou même déficitaires. Avec cette information en main, vous pourrez mettre en place l’action suivante.

2. Revoir votre tarification et votre offre

Certains de vos produits ou services sont très rentables alors que d’autres grugent vos profits? Pensez à conserver ceux qui rapportent plus.

La décision est difficile à prendre, car vous avez toujours offert une grande variété de services et de produits à votre clientèle?

Soyez transparent; les clients apprécieront que vous leur communiquiez pourquoi un produit est temporairement indisponible.

Vous offrez la livraison gratuite à partir d’un certain montant d’achat et vos coûts de transport ont explosé? Pensez à augmenter le montant d’achat pour l’obtention de la livraison gratuite ou à offrir une réduction lorsque les clients viennent chercher leur commande en magasin.

3. Améliorer la gestion des approvisionnements

Vos fournisseurs ont un impact direct sur le coût de vos intrants, donc sur votre marge bénéficiaire. Ils sont eux aussi affectés par l’inflation : augmentation des prix, du coût du transport, pénurie de certains produits, etc.

Afin de sécuriser les approvisionnements, garantir le prix des achats et démontrer à vos fournisseurs votre engagement, pourquoi ne pas signer des contrats d’approvisionnement à plus long terme avec eux?

Vos fournisseurs seront reconnaissants de la confiance que vous leur accordez et, par ce fait même, plus enclins à la négociation. Tout débute par une bonne relation!

4. Optimiser vos opérations

Quelques ajustements peuvent parfois faire une grande différence!

Les méthodes de travail efficaces vous font gagner du temps, donc de l’argent.

Par exemple, saviez-vous qu’en investissant dans la transformation numérique, la productivité bondit de 15% à 25%?

Vous générez ainsi davantage de produits ou de services, sans avoir à travailler plus d’heures ou à embaucher plus d’employés.

Le coût peut vous sembler élevé au début, mais investir dans les nouvelles technologies vous fera économiser à long terme.

Pour économiser à court terme, pensez à travailler sur la qualité de votre service. Vous limiterez ainsi les reprises et les retours. Une action simple, mais efficace, pour protéger votre marge bénéficiaire.

5. Innover

« Rien n’est permanent, sauf le changement », disait Héraclite.

Portez votre chapeau créatif d’entrepreneur pour innover et réfléchir à des moyens d’optimiser ou modifier vos méthodes de fabrication afin de réduire les coûts de vos intrants.

Faites participer vos employés, le cerveau collectif est puissant.

Au-delà des cinq actions proposées pour protéger votre petite entreprise des effets de l’inflation, plusieurs autres stratégies peuvent être mises de l’avant.

Les conseillers de votre SADC locale sont là pour vous accompagner. Ils sauront vous guider et vous aider à trouver des solutions adaptées à votre petite entreprise.

L’économie circulaire en entreprise : une stratégie d’affaires payante

Si on vous disait qu’il existe une formule magique qui permet de transformer vos déchets en argent, aimeriez-vous la connaitre?

La voici : l’économie circulaire.

En fait, laissons la magie de côté. L’économie circulaire est bien réelle. C’est une stratégie d’affaires que vous pouvez intégrer dans votre petite entreprise dès maintenant.

C’est une façon différente de mener vos activités, où les déchets sont considérés comme une ressource.
L’économie circulaire permet d’améliorer l’environnement et l’économie par deux principaux mécanismes :

  1. Repenser nos modes de production-consommation pour consommer moins de ressources et protéger les écosystèmes qui les génèrent.
  2. Optimiser l’utilisation des ressources qui circulent déjà dans nos sociétés.

 

économie circulaire simfliée

Les retombées potentielles de l’économie circulaire pour votre petite entreprise

 

Jusqu’à maintenant, cette nouvelle stratégie d’affaires vous semble intéressante et vous êtes prêt à déployer les efforts pour l’intégrer dans votre entreprise.

Plusieurs avenues peuvent être explorées pour prendre ce virage. Repenser vos produits, par exemple, en offrant une nouvelle gamme de produits usagés ou reconditionnés peut avoir plusieurs retombées positives pour votre entreprise, dont une réduction des coûts, une meilleure profitabilité et une réduction des impacts environnementaux.

Les opportunités et les impacts économiques de l’économie circulaire pour votre petite entreprise sont nombreux.

Une première étude de cas sur l’économie circulaire au Québec a été effectuée afin d’identifier les secteurs économiques à fort potentiel de circularité et d’en mesurer les retombées.

Cette étude a permis de conclure qu’en plus de réduire l’impact environnemental, l’économie circulaire a le potentiel d’accroître le nombre d’emplois, de pousser à la hausse le PIB (produit intérieur brut) et de favoriser le développement de nouveaux marchés.

Des petites entreprises qui ont fait la transition

Plusieurs petites entreprises et organismes à la grandeur du Québec ont intégré l’économie circulaire comme stratégie d’affaires ou en font leur mission principale.

Voici quelques exemples qui permettent d’illustrer comment une petite entreprise, peu importe l’industrie dans laquelle elle évolue, peut participer à cet effort collectif:

Les trois jeunes pâtissières derrière Crème Boulangerie Pâtisserie ont eu l’idée antigaspi de revaloriser la drêche, un résidu céréalier très nutritif du brassage de bière, qui est intégré dans les produits de boulangerie et de pâtisserie. La drêche est récoltée à la porte voisine de la boulangerie chez les Brasseurs du Monde, ce qui n’engendre aucune pollution.

L’entreprise vise également à réduire le gaspillage alimentaire local via des partenariats avec des agriculteurs locaux où elle récupère des fruits, légumes et fines herbes à d’apparence hors calibre pour les utiliser dans la confection de muffins, tartes, confitures, etc.

Découvrez la recette du succès de Crème boulangerie et pâtisserie :

 

Ce restaurant bar de Gatineau concilie le secteur de la restauration et l’économie circulaire.

Les propriétaires de l’entreprise veulent minimiser la production de déchets et limiter le gaspillage.

Grâce à leurs actions, en 2017, l’entreprise détournait de l’enfouissement 77% de ses matières résiduelles, en bannissant le plastique numéro 6 (non recyclable en Outaouais) et les pailles de plastique.

Pour limiter le gaspillage, ils offrent leurs produits en rotation, par exemple, une sélection de kombucha par semaine, et ils limitent la diversité des produits proposés.

Par où commencer?

Ces exemples d’entreprises qui ont intégré l’économie circulaire démontrent bien les opportunités et les impacts économiques de cette stratégie d’affaires.

Aimeriez-vous leur emboiter le pas, transformer les déchets de votre entreprise en argent et participer à la réforme du mode de production et de consommation de notre société?

Les conseillers de votre SADC ou CAE local sont là pour vous accompagner et vous guider vers les bonnes ressources locales pour réussir votre projet.

Comment les petites entreprises peuvent intégrer le développement durable?

Développement durable pour petites entreprises : des actions simples en 3 volets

Alors que beaucoup de grandes corporations, d’organismes et de municipalités ont déjà intégré des pratiques de développement durable à leur quotidien, pour les petites entreprises locales, emboîter le pas ne semble pas toujours évident.

Pourtant, le développement durable pour les petites entreprises est indéniablement profitable. Les entreprises en avance sur le plan environnemental et social affichent un rendement financier supérieur. Elles attirent et retiennent plus facilement les employés et s’exposent à des risques moins importants en matière financière et de réputation.

Alors pourquoi certaines d’entre elles hésitent encore à se lancer? Le manque de main d’œuvre, le manque d’accès à de l’expertise, le financement et le manque d’outils qui collent à leur réalité propre sont les raisons les plus citées. C’est pourquoi les conseillers des SADC et CAE qui accompagnent les petites entreprises sur le terrain sont en mesure de vous guider à travers des pratiques de développement durables simples, réalistes et adaptées aux ressources disponibles.

Qu’est-ce que le développement durable pour les entreprises ?

La démarche vise à ce que les activités de l’entreprises aient un impact positif sur son milieu d’affaires et sa collectivité par l’adoption progressive de pratiques de gestion qui améliorent sa performance sur les plans :

  • financier
  • environnemental
  • social

Le processus peut s’appliquer à tous les types d’entreprises et peut être adapté selon les ressources disponibles, même minimes. Par où commencer? Le développement durable pour les petites entreprises est accessible, en débutant par des actions toutes simples qui se concentrent sur 3 axes. À vous de jouer!

1. Environnement et développement durable pour petites entreprises

Quand on évoque le développement durable pour les petites entreprises, la première idée qui vient en tête est l’impact sur l’environnement. Mais comment inclure des pratiques qui aideront à sa préservation sans grand investissement financier?

Commencer par mener des actions simples, mais constantes, est souvent le meilleur moyen de générer des changements durables. Pour y arriver, vous pourriez passer au peigne fin certains éléments qui font partie du fonctionnement quotidien de votre entreprise. Voici quelques exemples de petits gestes à grand impact :

L’efficacité énergétique :

  • Installer des thermostats électroniques permet d’économiser jusqu’à 10 % de vos frais de chauffage annuels.
  • Développer un incitatif pour rappeler aux employés d’éteindre derrière eux pour éviter de laisser des lumières inutilement allumées.
  •  Changer votre éclairage traditionnel par la technologie DEL permet de réaliser 85 % d’économie.
  • Entretenir votre système de chauffage, ventilation et climatisation permet de réduire votre facture d’environ 15-20 % annuellement.

Les déchets :

  • Essayer d’en générer le moins possible.
  • Recycler coûte moins de 5 $ par mètre cube, comparativement à un coût de 6 $ à 15 $ pour éliminer la même quantité de déchets.
  • Vous êtes-vous intéressé à l’économie circulaire? Y a-t-il une autre entreprise de votre région qui pourrait se servir de vos déchets?
  • Disposer de votre matériel électronique désuet dans le point de dépôt le plus près de chez vous.
  • Activer l’option recto verso de vos photocopieurs et imprimantes.
  • Éviter les emballages inutiles, pour économiser.
  • Gros volume de carton? Munissez-vous d’un compacteur à carton et les revendre.

Le transport :

  • Privilégier les rencontres téléphoniques ou en visioconférence lorsque c’est possible.
  • Est-ce que planifier du covoiturage au sein de votre équipe serait envisageable?
  • Si vous offrez un service de livraison, serait-il possible de vous munir d’une voiture hybride pour cette tâche?
  • Regrouper vos itinéraires grâce à des logiciels d’optimisation des itinéraires de livraison.
  • S’assurer que vos pneus sont bien gonflés une fois par mois et économiser 3 % de carburant.

L’écoresponsabilité fait de plus en plus partie des priorités de nos gouvernements. Il est facile de prévoir que d’ici quelques années, de nouvelles normes seront appliquées en ce sens. Pourquoi ne pas commencer à changer ses habitudes dès maintenant?

2. Développement durable pour petites entreprises : volet social

Mener des actions de développement durable pour les petites entreprises est un excellent moyen de répondre aux problèmes d’attraction et de rétention de main-d’œuvre. Voici quelques pistes de réflexion simples qui pourraient vous aider à contribuer au bien-être de vos employés :

  • Offrir une option encadrée de télétravail à vos employés.
  • Investir dans la santé de vos employés et bénéficier d’une meilleure performance de leur part, par exemple : ergonomie des postes, incitatif à l’activité physique, abonnement de gym, support à vélos, etc.).
  • Investir dans le développement de compétences de vos employés
  • Démontrer votre reconnaissance et souligner les bons coups de vos employés. Les médias sociaux peuvent être une bonne plateforme pour le faire. Sentir que l’on fait une différence au sein de son équipe est extrêmement valorisant et aide à créer un sentiment d’appartenance.
  • Favoriser l’esprit d’équipe en organisant des activités en-dehors du travail. Ça peut être aussi simple que se rassembler à l’extérieur lorsqu’il fait beau.
  • Encourager vos employés à se reposer. Par exemple, si un employé travaille le soir, évitez, si possible, de le faire rentrer le lendemain à la première heure.
  • Impliquer vos employés dans votre démarche de développement durable.
  • Créer un comité développement durable si vos employés en démontrent un intérêt.
  • Mettre à la disposition de vos employés temps et argent pour les appuyer dans la réalisation d’initiatives environnementales et sociales.

3. Développement durable pour petites entreprises et économie

Pour répondre au volet économique du développement durable, les petites entreprises peuvent effectuer quelques changements écoresponsables dans leur méthode de production et dans l’achat de leurs matières premières. Les entrepreneurs jouissent d’une croissance économique sans nuire à la santé environnementale et à la santé des ressources humaines de leur région. Devenez partenaire de votre économie locale:

  • Privilégier les fournisseurs locaux : permet d’économiser sur les frais de transport. Par la même occasion, en informer les consommateurs.
  • Encourager les détaillants locaux pour vos achats réguliers (papier, produits d’hygiène, produits ménagers, ampoules, etc.).
  • Acheter du café équitable et le mentionner à vos clients lorsqu’ils viennent vous rencontrer.
  • Acheter et utiliser des filtres à café réutilisables.
  • Privilégier le papier contenant des fibres postconsommation.
  • Offrir des cadeaux de Noël locaux à vos employés.
  • S’abonner à des quotidiens ou des revues en format électronique au lieu de papier.

 

Prêt à intégrer le développement durable pour votre petite entreprise? Les conseillers des SADC et CAE seront en mesure de vous guider vers les bonnes ressources pour optimiser vos actions.

Comment et pourquoi réaliser une étude de marché ?

Contrairement à la croyance populaire, la réalisation d’une étude de marché n’est pas réservée qu’aux grandes entreprises. Analyser votre marché d’une façon simple en vaut l’effort, puisqu’il permet de prendre des décisions commerciales plus avisées et de prévenir les erreurs onéreuses. Élément crucial du lancement d’un nouveau produit ou service, elle sert entre autres choses, à élaborer votre plan d’affaires.

L’étude de marché permet d’obtenir des informations précieuses sur vos concurrents, sur la taille potentielle et la portée de votre marché cible, ainsi que sur les préférences et les habitudes d’achat des clients.

Voici pourquoi il est important de réaliser une étude de marché et comment s’y prendre.

Pourquoi réaliser une analyse de marché ?

Le lancement d’un nouveau produit ou la création d’une entreprise est une aventure passionnante et gratifiante, mais il est important de comprendre le marché avant de se lancer.

Réaliser une étude de marché est essentiel pour s’assurer que le produit ou le service sera bien accueilli et qu’il répond à un besoin. Pour que votre idée de génie se traduise en succès, elle doit d’abord et avant tout combler un besoin ou offrir une solution à un problème.

Prenons l’exemple de Jasmine, propriétaire d’un salon de toilettage pour animaux. Depuis un certain temps, elle songe à ajouter un service de garderie de jour pour ses clients à quatre pattes. Sa famille et ses amis sont emballés par cette idée, qu’ils trouvent géniale. Est-ce que Jasmine devrait laisser leur enthousiasme la convaincre d’aller de l’avant avec son projet ?

Bien que leur approbation procure à Jasmine une bonne dose d’énergie positive, il est préférable qu’elle mène un sondage auprès de sa clientèle actuelle et potentielle afin de connaître leur intérêt.

Avant d’investir temps et argent pour l’ajout d’un nouveau service, il est essentiel pour Jasmine d’analyser les conditions actuelles du marché, d’obtenir l’opinion de ses clients et des consommateurs potentiels, de définir les besoins du marché cible pour adapter son offre et bien sûr, de connaître ses concurrents pour bien se positionner.

Une fois l’étude de marché complétée, Jasmine aura en main des données précises lui permettant de prendre une décision éclairée quant à la faisabilité de son projet.

Ces données lui seront précieuses lors d’une demande de financement et pour estimer le chiffre d’affaires potentiel.

Vous prévoyez lancer une nouvelle entreprise, ajouter un produit ou service à votre gamme existante, développer votre offre vers de nouveaux marchés ? Réaliser une étude de marché vous permettra de valider la pertinence de votre projet et de planifier une stratégie de commercialisation efficace et réfléchie.

Les 3 étapes clés pour réaliser une étude de marché

1- La collecte d’information

La première étape d’une étude de marché consiste à identifier et analyser les conditions actuelles du marché. La collecte de données sur le marché actuel et ses tendances vous permettra d’identifier les opportunités de réussite, les risques et les obstacles à prévoir.

  • Qui sont vos concurrents ?
  • Quels sont les besoins de votre marché cible ?
  • Quelles sont les forces et les faiblesses des produits existants ?

2- La vérification terrain

Une fois les conditions du marché identifiées, l’étape suivante consiste à comprendre vos clients potentiels. Il s’agit d’étudier le comportement, les besoins et les préférences du marché cible, ainsi que d’identifier les domaines potentiels d’innovation.
Le sondage est un outil précieux pour collecter ces données et compléter votre analyse.
Ces informations peuvent ensuite être utilisées pour élaborer une stratégie de marketing et une gamme de produits qui répondent aux besoins de votre marché cible.

3- Le positionnement et la stratégie marketing

Maintenant que l’analyse initiale est complétée, que vous avez la confirmation que votre marché est réel et suffisant, vous pouvez définir votre offre, vous positionner face à la concurrence, élaborer une stratégie de prix et un plan de promotion efficaces.

À première vue, réaliser une étude de marché peut sembler long et fastidieux, mais c’est une étape essentielle pour garantir un lancement réussi et un succès à long terme.

Vous avez un projet en tête ?
Les conseillers de votre SADC ou CAE local se feront un plaisir de vous accompagner dans les principales étapes de développement de votre projet.

Stratégie numérique des entreprises: 5 raisons pourquoi un site Web est encore essentiel

Qui a avantage à développer une stratégie numérique? La réponse est simple : toutes les entreprises, de la multinationale à la petite entreprise locale, en passant par les travailleurs autonomes. Dans ce cas, comment expliquer qu’en 2020, 46 % des entreprises québécoises ne possédaient toujours pas de site Web? Ce chiffre s’élève même à 62% chez les entreprises de moins de 5 employés.

Beaucoup croient que parce que leur clientèle est locale, ils peuvent se passer de cet outil, ou que les réseaux sociaux peuvent remplacer un site Web. Or, à l’heure de la pénurie de main d’œuvre et de l’importance de la réputation en ligne, ces entreprises ratent d’importantes occasions d’affaires.

Un site Web et une page professionnelle sur un réseau social ont des objectifs différents, ils sont complémentaires dans une stratégie numérique réussie. Vous êtes propriétaire d’une petite entreprise et hésitez toujours à faire le grand saut? Voici pourquoi vous doter d’un site Web est plus important que jamais.

 

Raison #1 : Être visible et accessible

Tout entrepreneur a déjà entendu l’expression « si vous ne sortez pas dans Google, vous n’existez pas! ». Aujourd’hui les internautes effectuent des recherches sur les moteurs, basées sur un problème qu’ils veulent résoudre en tapant des mots-clés, des questions spécifiques et des emplacements. Si votre entreprise ne sort pas dans les résultats, ce sont vos compétiteurs qui profitent de votre absence. C’est pourquoi un site Web bien référencé est capital.

Bien sûr, les réseaux sociaux font partie d’une stratégie numérique efficace, mais il faut savoir qu’ils ne sont pas favorisés d’un point de vue SEO. Il est difficile d’obtenir un bon référencement avec une page Facebook, par exemple. Elle ressortira sur les moteurs de recherche seulement que si l’on tape le nom de l’entreprise. En outre, les entreprises qui n’ont que des pages Facebook ont peu de chance de joindre adéquatement leur clientèle. Selon les nouveaux algorithmes, moins de 6% de vos abonnés verraient vos publications. À moins d’investir en publicité, la portée organique de certains médias sociaux est maintenant extrêmement faible.

Pour joindre le plus de consommateurs possible, développer une stratégie numérique pour votre entreprise en débutant par la création d’un site Web est donc indispensable.

Raison #2 : Renforcer votre crédibilité

Un site Web performant donne de la crédibilité à votre entreprise, c’est à la base de toute stratégie numérique. Des études ont même révélé que de nos jours, une majorité de consommateurs accordaient moins de confiance à des entreprises sans site Web. Si un internaute, un candidat à l’embauche par exemple, recherche de l’information sur votre entreprise et ne trouve qu’une page Facebook, votre crédibilité en souffre! L’attente des internautes est que toute entreprise sérieuse et professionnelle ait une carte de visite à jour sur le Web, ne serait-ce qu’un site vitrine.

Raison #3 : Bâtir votre image de marque

Sur votre site Web, vous offrez aux consommations des renseignements clairs sur vos activités, produits ou services. Il vous permet également de mettre de l’avant votre expertise et vos réalisations en plus de communiquer votre histoire, vos valeurs et même votre marque employeur, via une page « carrière » (un incontournable en pénurie de main d’œuvre). C’est ainsi que vous contrôlez la perception que les consommateurs ont de votre entreprise.

Raison #4 : Faciliter la vie de vos clients

Les attentes des internautes sont élevées, ils veulent pouvoir trouver de l’information sur vos services et produits en quelques clics. Pas le temps de faire dérouler une page Facebook pour trouver ce qu’ils cherchent! Ils veulent pouvoir agir rapidement : demander une soumission, prendre rendez-vous, faire une réservation, consulter un menu, etc. Ce sont toutes des fonctionnalités qui peuvent être ajoutées à votre site Web facilement et à peu de frais. Une stratégie numérique idéale viserait à alimenter les réseaux sociaux de vos nouvelles et actualités, et de prioriser votre site Web pour les informations statiques.

Raison #5 : Propulser vos affaires

Votre site Web travaille pour vous 24h sur 24, 365 jours par année. S’il est bien conçu visuellement et techniquement, il est un des outils de vente les plus efficace de votre entreprise. Avec un formulaire de prise de contact, votre site Web peut générer des questions et des demandes à l’extérieur de vos heures d’affaires, auxquelles vous donnerez suite dès l’ouverture, le lendemain. Une bonne façon de vous démarquer au niveau du service-client.

Comme les internautes ont besoin d’une réponse à leur question rapidement, miser sur une section « Foire aux questions/ FAQ », des vidéos explicatives ou des fiches techniques peut aider leur prise de décision. Créez ces contenus une fois et dirigez les clients vers ces renseignements pendant des années! Vous passerez plus de temps à travailler sur les activités génératrices de revenus et moins de temps à répondre à des appels concernant vos heures d’ouvertures et autre information de base.

Pour conclure

Avoir une page active sur les réseaux sociaux fait certainement partie d’une bonne stratégie numérique pour votre entreprise, mais seule, elle ne sera pas suffisante. L’investissement dans un site Web est plus rentable que le coût lié aux occasions ratées, faute d’en avoir un.

Si vous désirez passer au niveau supérieur, mais que vous redoutez qu’un site Web soit trop compliqué ou trop cher, n’hésitez pas à vous tourner vers votre SADC ou votre CAE. Leurs conseillers sauront vous guider dans la transformation numérique de votre entreprise en vous dirigeant vers des solutions simples et accessibles.

 

Source : https://statistique.quebec.ca

5 raisons de bâtir une stratégie de médias sociaux pour votre entreprise

Votre entreprise est-elle un peu, beaucoup ou pas du tout active sur les réseaux sociaux ?

Même si juste d’y penser vous donne la migraine, une stratégie de médias sociaux est devenue un incontournable pour les entreprises qui veulent se démarquer!

Voici quelques statistiques convaincantes :

  • 78% des adultes québécois utilisent un ou plusieurs réseaux sociaux ;
  • 33 % des adultes québécois utilisent les réseaux sociaux comme principale source d’information ;
  • 3 heures et demi : c’est la moyenne d’heures que les adultes québécois passent en moyenne, chaque jour, sur les réseaux sociaux.

Il est fort à parier que votre clientèle actuelle et potentielle fait partie de ces statistiques.

Les médias sociaux sont devenus un outil essentiel pour toute entreprise, quelle que soit sa taille. Ils permettent d’atteindre et engager le dialogue avec ses clients, développer sa visibilité en ligne, développer son image de marque et sa notoriété, acquérir de nouveaux clients et bien plus. C’est un outil marketing puissant à condition d’avoir une stratégie médias sociaux efficace.

 

Qu’est-ce qu’une stratégie d’utilisation des réseaux sociaux ?

La stratégie médias sociaux permet d’identifier les objectifs et besoins communicationnels d’une entreprise pour développer sa présence en ligne, interagir avec ses clients et atteindre ses prospects.

En d’autres termes, c’est la planification des actions que vous aurez à effectuer sur les réseaux sociaux pour atteindre les objectifs marketing de votre entreprise.

Encore sceptique ? Voici 5 raisons pour vous convaincre d’utiliser les réseaux sociaux pour promouvoir votre entreprise et communiquer avec vos clients.

1. Augmenter votre visibilité

Pour être connu, il faut être vu. De nombreux clients potentiels peuvent vous découvrir sur les réseaux sociaux. Chaque fois que vous partagez du contenu engageant, c’est une opportunité de mettre de l’avant votre entreprise. Que ce soit vos produits, vos services ou votre marque employeur. Élargissez votre audience en publiant du contenu, sur Facebook et Instagram, pour commencer.

2. Améliorer la communication avec vos clients

Les réseaux sociaux sont un outil marketing efficace, mais sont aussi un excellent mode de communication. Ils vous permettent d’entrer en contact avec vos clients. Les commentaires, les réponses aux questions des clients sous vos publications, les partages de publications, les « like » sont des occasions de développer une relation avec votre audience, de créer un lien de confiance et de crédibilité.

3. Faire des investissement marketing à faible coût.

Le marketing sur les réseaux sociaux peut être un investissement redoutablement efficace, puisque qu’il permet de cibler une clientèle très précise, à faible coût. Quelques heures par semaine suffisent pour planifier du contenu de qualité pour votre audience. Une excellente façon d’augmenter le volume de trafic sur votre site web ou les visites à votre entreprise.

4. Approfondir votre connaissance des clients et des prospects

Des millions d’internautes surfent sur les réseaux sociaux, chaque jour, au Québec seulement. Être présent sur les réseaux sociaux permet à votre entreprise de comprendre leurs besoins et leurs attentes, d’analyser leurs comportements, de récolter des données ainsi que des commentaires. Tout ça dans le but de créer des campagnes promotionnelles efficaces et de bien répondre aux besoins de votre clientèle cible.

5. Gagner la confiance des clients

Le fait que d’interagir avec votre audience sur les réseaux sociaux signifie que vous vous souciez de l’opinion de vos clients. En leur offrant la possibilité de partager leurs commentaires, vous leur démontrer votre volonté d’offrir un service de qualité. Les clients satisfaits sont les meilleurs ambassadeurs !

 

Maintenant que vous connaissez les raisons pour bâtir une stratégie des médias sociaux pour votre entreprise, êtes-vous prêt à passer à l’action ?

Les conseillers de votre SADC locale se feront un plaisir de vous accompagner ou de vous guider vers les bonnes ressources pour élaborer un plan marketing personnalisé.

Marque employeur et marketing RH : 3 choses importantes que les petites entreprises devraient savoir

Dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre actuel, les efforts de recrutement des petites entreprises se multiplient, souvent en vain. La marque employeur et le marketing RH sont donc, plus que jamais, à prioriser pour développer son attractivité.

Les candidats étant maintenant en position de force, ce sont eux qui magasinent les employeurs pour choisir l’entreprise qui correspondra le mieux à leurs besoins, leurs attentes et leurs valeurs. Des entreprises de tous les types et de toutes les tailles se tournent maintenant vers la promotion de leur marque employeur comme solution sur-mesure à leur défi. C’est que bâtir une marque employeur forte attire les bons profils de candidats, mais améliore aussi le niveau d’engagement des employés en poste et aide à leur rétention.

Si les notions de marque employeur et de marketing RH sont plus répandues que jamais, mettre en œuvre ces stratégies ne semble pas évident pour beaucoup de petites entreprises en région. Voici 3 choses à savoir pour vous convaincre de vous lancer!

 

1. Qu’est-ce que la marque employeur?

La marque employeur correspond à l’ensemble des éléments qui constitue l’image que l’entreprise véhicule auprès de ses employés actuels et futurs. Elle comprend l’identité de l’entreprise (ADN, mission, vision, valeurs), sa réputation auprès de ses salariés (image interne) et la promesse faite aux futurs employés (image externe).

Une fois sa stratégie définie, la marque employeur devient le fil conducteur pour communiquer une présence cohérente, notamment sur le Web et les médias sociaux, pour soigner votre image et engager votre communauté.

Si vous faites partie de ces nombreuses entreprises qui ressentent le manque de main-d’œuvre, définir votre marque employeur et la faire connaitre fait partie intégrante d’une stratégie marketing RH efficace.

2. Comment définir sa marque employeur?

Comme mentionné plus haut, définir votre marque employeur est à la base d’une stratégie marketing RH réussie. Pourquoi? Parce qu’en dévoilant la culture, les valeurs de votre entreprise et les gestes qui en découlent, vous vous démarquerez de vos concurrents aux yeux des talents que vous convoitez.

Pour être en mesure de bien cerner votre marque employeur, questionnez-vous à savoir :

  • Quels mots utilisent vos employés pour parler de votre entreprise? Qu’est-ce qui les rend heureux présentement au travail?
  • Pour quelles raisons vos employés choisissent votre entreprise plutôt qu’une autre?
  • Qu’est-ce qui fait en sorte qu’un employé décide de rester longtemps au sein de votre équipe?
  • Qu’est-ce qui vous démarque en matière de ressources humaines? Quels sont les avantages que vous proposez (vacances, formation, climat de travail, politique de diversité etc.)?
  • Votre entreprise est-elle impliquée dans votre communauté?
  • Quelles sont les valeurs qui vous poussent à offrir plus à vos employés et à votre communauté?

Une fois qu’elle sera bien établie, votre marque employeur sera beaucoup plus facile à mettre de l’avant

3. Par où commencer pour faire rayonner sa marque employeur?

Une bonne raison pour laquelle miser sur le marketing RH et le rayonnement de votre marque employeur est une stratégie à la portée des petites entreprises, est qu’elle se décline surtout en contenus en ligne et sur les médias sociaux. Si la section « carrière » de votre site Web sera l’endroit pour véhiculer les messages clés « statiques » de votre marque employeur, vos médias sociaux permettent de la faire vivre au quotidien avec des publications en lien avec :

  • La culture de l’entreprise (les valeurs de l’entreprise, les gestes et activités qui en découlent, l’ambiance de travail, le ton, les membres de l’équipe)
  • L’actualité de l’entreprise (prix, accolades, nouveaux contrats, nouveaux employés, départ à la retraite)
  • La reconnaissance aux employés (les bons coups individuels, les anniversaires de travail, l’impact des membres de l’équipe)
  • L’actualité externe à l’entreprise mais liées à vos activités (Jour de la terre, semaine de l’action bénévole, journée mondiale de la santé mentale, etc.)

En plus d’être gratuits, les médias sociaux vous permettent de rejoindre un large bassin de personnes et de pouvoir diffuser du contenu plus « personnel », c’est-à-dire du contenu qui montre les humains derrière l’entreprise.

Vous manquez de temps et les réseaux sociaux ne font pas partie de votre expertise? N’hésitez pas à contacter votre SADC ou votre CAE local! Leurs conseillers vous guideront vers les ressources appropriées.

Automatisation en entreprise : 5 solutions pour faire face à la pénurie de main d’œuvre

L’automatisation de certaines tâches en entreprise, c’est-à-dire utiliser la technologie pour accélérer des processus clés, peut être bien plus simple à mettre en place que nous pourrions le croire. Il ne s’agit pas nécessairement d’utiliser de l’intelligence artificielle ultra sophistiquée et dispendieuse.

En effet, plusieurs tâches peuvent être automatisées dans le but de sauver du temps, et donc ultimement de l’argent. Ceci permet également de contrer la pénurie de main-d’œuvre actuelle et de travailler plus efficacement. Si l’automatisation nécessite un investissement, les avantages à moyen et long terme en valent largement le coût. Voici donc plusieurs tâches à automatiser facilement au sein de votre entreprise.

1. Automatisation de la gestion de la relation client (CRM)

Un logiciel de gestion de la relation client (Customer Relationship Management ou CRM) est un système qui consolide toutes les communications (courriels, appels, réunions), tous les documents, les devis, les factures, ainsi que les tâches associées à chaque client, en un seul endroit. Un CRM vient donc remplacer les nombreuses applications, bases de données et feuilles de calcul que des entreprises multiplient pour suivre les données des clients et partenaires commerciaux. Toute l’équipe peut accéder à ces données au moment opportun pour conclure une vente ou pour fournir un meilleur service. Le résultat : une meilleure organisation, des équipes plus efficaces, une gestion du temps optimisée, une croissance des profits.

2. Automatisation de la gestion comptable

Un logiciel de comptabilité permet d’augmenter votre efficacité car il a la capacité d’automatiser les calculs de base et les procédures administratives liées à tous les aspects financiers de votre entreprise. Il peut préparer des factures et la paie des employés, planifier automatiquement les paiements et les rappels des fournisseurs, suivre les flux de trésorerie, gérer les stocks, etc. En somme, il permet d’automatiser toutes les transactions du livre de comptes. La saisie automatique de données évite également les erreurs d’entrée manuelle et permet de générer des rapports financiers précis et conformes.

3. Automatisation de la prise de rendez-vous

Que ce soit pour les entreprises de services qui souhaitent faciliter la prise de rendez-vous avec leurs clients ou pour tout ceux qui veulent limiter les échanges de courriels pour planifier une réunion, les logiciels de prise de rendez-vous sont une solution simple et efficace. Connectés à votre calendrier personnel, ces applications comme Calendly, Microsoft Bookings ou Go Rendez-vous, permettent à vos clients et collaborateurs de choisir eux-mêmes une plage horaire parmi vos disponibilités. Vous pouvez aussi choisir d’attitrer un lien Zoom ou Teams automatiquement aux rencontres. Des liens vers ces applications peuvent être accessible directement sur votre site Web ou dans la signature de votre courriel pour que vos clients planifient une rencontre avec vous en quelques secondes.

4. Automatisation de la gestion des médias sociaux

Dans les petites entreprises, l’animation et la gestion des différents réseaux sociaux peut vite devenir un casse-tête pour une seule ressource. Des plateformes de collaboration et d’automatisation comme Later et Hootsuite permettent le travail en équipe et l’échange d’information. Avec ceci, vous pourrez planifier à l’avance des publications dans un calendrier et vous pourrez partager l’accès à ce compte avec le reste de l’équipe qui s’occupe de vos médias sociaux. Vous pouvez y connecter plusieurs réseaux, tels que Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, etc. Il devient ainsi beaucoup plus simple de se partager la tâche et de planifier à l’avance.

5. Automatisation des paiements récurrents

Finalement, révisez vos abonnements mensuels et annuels dans le but de les rendre renouvelables automatiquement. Certains achats ou locations sont nécessaires à votre entreprise, et vous les renouvellerez de toute façon. On peut penser à vos noms de domaine, à l’hébergement de votre site web, à certains logiciels, etc. En activant le renouvellement automatique, vous sauverez du temps. Vous pouvez même, parfois, économiser de l’argent en choisissant un renouvellement plus tard dans le temps (exemple chaque cinq ans plutôt que chaque un an). C’est particulièrement pertinent pour des locations qui perdurent dans le temps, comme le nom de domaine de votre site web (URL).

 

En bref, l’automatisation de votre entreprise peut commencer avec de petites tâches, qui combinées vous ferons sauver temps et argent. Vos actions seront plus efficaces et mieux ciblées, dans le but de mieux gérer votre entreprise.

En tout temps, les conseillers de votre SADC locale sont là pour vous accompagner. Ils sauront vous guider et vous aider à trouver des solutions adaptées à votre petite entreprise.

4 bonnes raisons de participer à des concours entrepreneuriaux

S’engager dans un concours est un accélérateur puissant pour tout projet entrepreneurial. Au-delà des gains tangibles (bourses, accompagnement, mentorat), c’est l’opportunité parfaite pour tisser des liens avec des entrepreneurs chevronnés et élargir son réseau professionnel, un levier crucial en phase de démarrage.

Bien que de nombreux entrepreneurs invoquent un manque de temps pour ne pas participer à des concours d’entrepreneuriat, les avantages en termes de validation et d’amélioration de leur projet valent le sacrifice. La soumission d’une candidature nécessite un dossier détaillé, y compris un plan d’affaires robuste, et offre une occasion de réflexion approfondie sur le projet. Les retours, qu’ils soient positifs ou demandent des ajustements, fournissent des indications précieuses pour affiner et renforcer l’idée. En somme, participer à un concours est bénéfique, que l’on reçoive des louanges ou des critiques constructives.

Pourquoi participer aux concours entrepreneuriaux ?

1- Gagner en visibilité et crédibilité

Participer à un concours entrepreneurial se révèle être une stratégie efficace pour augmenter à la fois visibilité et crédibilité. L’attrait de votre projet auprès du public et l’envergure du concours jouent un rôle crucial dans le potentiel de visibilité, avec des avantages incluant une mise en avant sur le site Web et les réseaux du concours, de la couverture de presse, et plus encore, vous assurant une reconnaissance accrue au sein de votre écosystème. De plus, être sélectionné par un jury, souvent composé de professionnels reconnus, renforce votre crédibilité, offrant une assurance supplémentaire à vos futurs partenaires et investisseurs, grâce à cette validation externe de votre projet.

2- Développer votre réseau

Participer à un concours entrepreneurial est un moyen efficace et rapide de développer votre réseau. Vous aurez l’opportunité de vous connecter avec d’autres candidats, des entrepreneurs expérimentés, des professionnels et des investisseurs, qui peuvent devenir des ressources précieuses pour votre projet. Ces interactions offrent un terrain fertile pour échanger des idées, recevoir des conseils et obtenir des perspectives extérieures, permettant ainsi d’affiner et d’améliorer votre projet. De plus, attirer l’attention du public et des juges peut vous ouvrir des portes vers de potentiels partenariats, accélérant considérablement le développement de votre réseau et de votre entreprise, une opportunité qui aurait été difficile à saisir sans cette expérience de concours.

3- Évoluer en tant qu’entrepreneur

La préparation et la participation à un concours entrepreneurial vous obligent à aiguiser votre capacité à communiquer votre projet, tant à l’écrit qu’à l’oral, améliorant ainsi votre persuasion et votre efficacité à tous les niveaux de votre parcours entrepreneurial, surtout durant le développement. Remplir le formulaire de candidature est un exercice introspectif qui vous pousse à analyser en profondeur votre entreprise, en mettant en lumière vos forces et en identifiant clairement vos indicateurs de performance, selon les critères valorisés par les observateurs externes. Cette démarche vous prépare également à recevoir le feedback de professionnels, capables de révéler des enjeux et obstacles non anticipés, vous offrant ainsi une perspective précieuse pour évoluer en tant que gestionnaire et entrepreneur.

4- Remporter des prix, évidemment!

Remporter un concours entrepreneurial offre non seulement une visibilité précieuse, mais aussi des prix en bourses variées et adaptées aux besoins des entrepreneurs en herbe. Ces récompenses, allant d’un soutien financier à des services spécifiques (comme le référencement, la gestion, le design graphique, la communication), en passant par un accompagnement personnalisé par des experts, l’hébergement, ou encore du matériel, sont conçues pour donner un élan significatif à votre projet. En somme, que ce soit une aide financière directe, l’opportunité de bénéficier d’un mentorat, des services dédiés au développement de votre entreprise, ou une place dans un incubateur ou accélérateur, chaque forme de dotation est un atout majeur pour démarrer sur de bonnes bases.

Quelques recommandations :

  • Déterminez vos objectifs. Cherchez-vous principalement du financement, une visibilité médiatique, une validation de votre concept, ou un accompagnement professionnel?
  • Sélectionnez les concours les plus susceptibles de vous aider à atteindre ces objectifs, en tenant compte des intentions des organisateurs et de leurs critères de sélection.
  • La participation à de nombreux concours peut être tentante, mais soyez conscient du temps que cela implique. Assurez-vous que l’effort en vaille la peine.
  • Préparez soigneusement votre pitch avant de vous présenter à un jury. Votre présentation doit être concise et percutante. Si vous participez en équipe, répartissez équitablement le temps de parole et mettez en avant votre complémentarité.
  • En cas de non-sélection, demandez un retour pour améliorer vos futures présentations. Les jurys sont généralement disposés à aider les candidats non retenus.

Quelques concours provinciaux et nationaux :

Trouve ton financement avec GoFin

GoFin est l’outil de recherche rapide et précis qui permet aux PME d’identifier les sources de financement adaptées à leurs activités et besoins spécifiques.

L’idée d’entreprise

L’idée d’entreprise, c’est la première étape qui donne le feu vert à votre route d’entrepreneur. Un peu à la façon des fondations d’une maison, elle constitue la base de votre projet.

Si votre idée d’entreprise est solide, il y a de fortes chances que le reste de votre parcours le soit aussi. Le truc pour y arriver? Se poser les bonnes questions! En regardant votre projet d’un œil réaliste, vous serez en mesure de définir les obstacles potentiels, d’établir un plan de match concret et d’éviter le plus d’erreurs possible.

En route vers la bonne idée d’entreprise!

La première question à vous poser, avant même de penser à votre idée de business, est : dans quel type de projet ai-je envie de m’embarquer?

Désirez-vous acheter une franchise? Prendre la relève d’une entreprise existante? Démarrer votre projet de zéro? Ces pistes de réflexion toutes simples vous aideront à concentrer votre énergie aux bonnes places et à élaborer un plan qui colle à ce que vous voulez vraiment.

Lancer une entreprise de zéro

Dans le cas d’une franchise ou d’une relève, la structure de l’entreprise sera déjà bien établie et vous pourrez passer aux étapes suivantes.

Si, cependant, vous désirez créer votre projet de A à Z, il faudra vous poser les questions qui vous mèneront à la bonne idée d’entreprise :

  • Quels sont les besoins de mon milieu?
  • Est-ce qu’une entreprise semblable existe déjà dans ma région? Si oui, qu’aurais-je à apporter de plus?
  • Combien suis-je prêt à débourser pour le démarrage de mon projet?
  • Aurais-je besoin d’un local? De main-d’œuvre? De matériel?
  • Combien d’heures par semaine suis-je prêt à travailler?

Ces questions ne sont qu’un exemple des pistes de réflexion qui vous mèneront, de façon réaliste, à l’idée d’entreprise que vous convoitez.

Des ressources pour concrétiser votre idée d’entreprise

Les SADC et les CAE peuvent vous aider dans la recherche de votre idée d’entreprise. Alors qu’il s’agit peut-être de votre première expérience dans le domaine des affaires, les conseillers qui y travaillent s’appuient sur leurs connaissances du milieu pour vous apporter le recul dont vous avez besoin.

Ils peuvent vous diriger vers des ressources adaptées à votre projet entrepreneurial.

Accompagnement de l’entrepreneur selon son profil

L’entrepreneuriat a le vent dans les voiles au Québec, et c’est tant mieux! Les PME d’ici contribuent à la vitalité de l’économie, de nos collectivités et de nos régions. Mais avant de se lancer en affaires, il est bon de se demander si on a le bon profil pour être entrepreneur. Quels sont les comportements et les compétences essentiels pour réussir? Quels éléments de notre profil de futur entrepreneur méritent d’être perfectionnés? Nombreux sont les aspirants entrepreneurs qui, avec de l’accompagnement, deviennent de meilleurs chefs d’entreprise.

Avez-vous un profil entrepreneur?

Avez-vous un sens inné pour les affaires? Et au-delà de votre intuition, votre profil est-il celui d’un entrepreneur?
Un exercice d’introspection aide les futurs entrepreneurs à y voir plus clair :

  • Naturellement, possédez-vous ces caractéristiques : leadership, autonomie, dynamisme, persévérance, bonne gestion du stress, goût du risque, confiance en soi, facilité à communiquer, capacité d’adaptation, intégrité, fiabilité, réalisme et optimisme?
  • Ces perspectives vous motivent-elles : créer votre propre emploi, créer d’autres emplois, être votre propre patron, diriger, vous réaliser et relever des défis?
  • Avez-vous pensé aux répercussions possibles sur votre vie personnelle :
    • Êtes-vous prêt à faire des sacrifices afin d’assurer le succès de votre entreprise?
    •  Êtes-vous prêt à être moins payé pendant le développement de votre entreprise?
    • Êtes-vous prêt à travailler de longues heures sans savoir combien d’argent vous récolterez?
À chaque entrepreneur son profil

Savoir bien s’entourer, ça commence aussi par aller chercher, comme futur entrepreneur, toute l’aide pour réaliser un virage heureux vers l’entrepreneuriat. Partout au Québec, les SADC et CAE accompagnent les gens d’affaires avec une approche réellement sur mesure. Parce que les défis de chacun sont différents et que toutes les histoires à succès ont leur propre trame.

Accompagnement pour grandir dans son rôle

Chaque entrepreneur possède ses propres défis : la clé est de bien les connaître. Plus vous aurez une vision juste de votre profil comme entrepreneur, de vos forces et de vos lacunes, mieux vous pourrez développer un réseau autour de vous pour performer dans le rôle auquel vous aspirez.

  • Quelles sont les compétences clés devrez-vous développer pour réussir?
  • Quelles formations qui vous permettraient d’améliorer votre profil d’entrepreneur : gestion, démarrage d’entreprise, comptabilité, gestion des ressources humaines, technologies, vente et développement des affaires, marketing, e-commerce, gestion des médias sociaux?
  • De quelles ressources internes auriez-vous besoin comme aide à titre d’entrepreneur?
  • Pourriez-vous transférer certaines activités à l’externe (comptabilité, traitement de la paie, marketing)?

L’étude de marché

L’étude de marché est une étape déterminante dans le démarrage de votre entreprise. C’est ce qui confirmera, ou non, la viabilité de votre projet.

Trois axes sont à prendre en considération lorsque vous procéderez à votre étude de marché : le marché en général, votre clientèle cible et votre concurrence. Le but de l’exercice est de collecter assez d’informations sur ces trois éléments pour être en mesure de les analyser. Vous obtiendrez ainsi un portrait global de la situation dans laquelle s’implantera votre nouveau projet d’affaires ou votre nouvelle entreprise.

L’étude de votre marché

Étudier votre marché de manière générale est essentiel à la réussite de votre entreprise. Pour ce faire, vous pouvez :

  • Surveiller les habitudes de consommation propres à votre domaine;
  • Suivre les tendances;
  • Observer l’environnement social et économique qui est le plus propice au marché visé;
  • Etc.

Les données que vous aurez collectées vous aideront à déterminer si le marché convoité est favorable à recevoir votre produit ou votre service, s’il est stable, si une vision à long terme est envisageable, etc.

L’étude de votre clientèle

Pour mener une étude de marché réussie, la collecte d’informations sur votre clientèle cible est indispensable. Pour y arriver, vous pouvez :

  • Procéder par sondages (postaux, téléphoniques, en personne, etc.);
  • Réunir un ou plusieurs groupes de discussion;
  • Consulter les répertoires statistiques, les banques de données et les études de marché existantes;
  • Contacter les associations et lire les revues d’affaires reliées au secteur;
  • Se référer à des spécialistes;
  • Etc.

Les facteurs à considérer lors de l’analyse de vos informations ne seront pas les mêmes si votre client potentiel est un particulier ou une entreprise.

L’étude de vos concurrents

L’analyse de vos concurrents est une partie importante de votre étude de marché.

Sont-ils établis dans votre région? Proposez-vous les mêmes produits ou services? Qu’offrez-vous de plus? Où vous situez-vous dans votre marché par rapport à eux? Toutes ces questions (et encore plus!) sont à prendre en considération dans votre étude de marché.

Pour en savoir davantage sur vos concurrents, vous pouvez :

  • Visiter leur site Internet;
  • Vous rendre dans leur commerce;
  • Consulter les répertoires statistiques et les banques de données;
  • Tester leurs produits;
  • Lire des revues reliées au secteur;
  • Rencontrer des fournisseurs;
  • Assister aux salons, aux expositions et aux foires commerciales;
  • Etc.

Il n’existe pas de méthode coulée dans le béton pour procéder à une étude de marché efficace puisque chaque entreprise est unique. Pour obtenir des conseils qui collent à votre situation, n’hésitez pas à contacter vos SADC et CAE.

Plan d’affaires

Rédiger son plan d’affaires. C’est une tâche à la fois emballante et complexe. Votre projet d’affaires se dessine avec plus de précision, mais peut-être que tous les détails ne sont pas ficelés. Peut-être avez-vous encore des questions et des informations à aller dénicher. L’exercice de rédaction du plan d’affaires de votre entreprise est justement l’occasion d’identifier les lacunes dans votre planification stratégique. Le plan d’affaires demeure pour l’entreprise un document de référence et il évoluera avec votre projet d’affaires.

L’utilité d’un bon plan d’affaires

Votre plan d’affaires servira à rallier autour de votre projet investisseurs, prêteurs, partenaires d’affaires et financiers, actionnaires, etc. Il vous sera aussi utile quand viendra le moment de faire des demandes de subventions ou d’adhérer à des programmes gouvernementaux.

Un plan efficace, pertinent et complet permet déjà d’établir votre crédibilité et celle de votre projet d’affaires auprès de ces tiers. Plus important encore, la rédaction d’un plan d’affaires est un exercice de réflexion et de planification stratégique essentiel. Il vous aidera à mettre vos idées en place et à dégager, dès cette étape, des constats quant aux prochaines actions à prendre.

Plan d’affaires : les éléments essentiels à inclure

Il n’existe pas qu’une seule façon de coucher sur papier les grandes lignes de votre projet d’affaires. Les modèles peuvent varier et idéalement ils s’adaptent aux spécificités de votre projet. Cela dit, certains éléments sont incontournables pour présenter à vos partenaires une image claire de votre projet. Pensez à les inclure.

Exemple de structure de plan d’affaires.

  • Sommaire:
    •  Résumé du projet;
  • Projet :
    • Présentation de l’entreprise;
    •  Mission ou mandat;
    • Objectifs à court, à moyen et à long terme;
    • Produits ou services offerts;
  • Promoteurs:
    • Curriculum vitæ;
    • Bilan personnel;
    • Structure organisationnelle;
    • Forme juridique;
  • Marché :
    • Identification de la clientèle cible;
    • Évaluation qualitative et quantitative du marché potentiel;
    • Évaluation de la concurrence;
    • Stratégie de prix;
    • Stratégie de publicité et de promotion;
    • Stratégie de mise en marché;
  • Opérations :
    • Production;
    • Approvisionnement (fournisseurs potentiels);
    • Aménagement;
    • Besoin en main-d’œuvre;
  • Prévisions financières :
    • Besoins financiers (dépenses au démarrage et coût du projet);
    • Sources de financement;
    • États financiers prévisionnels.

Recherche de financement

Mal nécessaire, la recherche de financement? Il faut plutôt voir cet exercice comme une étape essentielle et primordiale dans la réalisation d’un projet d’affaires. La recherche de financement permet à l’entrepreneur de se doter des ressources nécessaires à sa concrétisation. Elle est l’occasion de convaincre des partenaires financiers et ainsi asseoir le projet sur des bases solides.

Planifier la recherche de financement

Comme il s’agit d’une étape stratégique et déterminante, la recherche de financement se planifie et se prépare. Avant d’entamer des démarches de recherche de financement, il faut veiller à mettre en place différents éléments :

  • Avoir un plan d’affaires solide qui met en lumière les avantages du projet pour un partenaire financier;
  • Détailler et mettre en évidence les montants requis ainsi que les ressources auxquelles ce financement serait alloué;
  • Démontrer que vous avez la capacité de réinjecter des fonds supplémentaires en cas d’imprévus;
  • Faire la preuve que vous avez d’excellents antécédents de crédit personnel, ce qui montre votre compétence de gestion financière.

Enfin, les prévisions financières sont l’élément le plus important à préparer dans votre recherche de financement. Elles seront analysées en profondeur par vos futurs partenaires financiers.

Identifier vos sources de financement

Pour démarrer votre projet d’affaires, plusieurs sources de financement existent. Vous devrez faire l’exercice d’identifier celles qui sont envisageables, selon votre situation :

  • Mise de fonds personnelle
  • Investissement d’un proche ou membre de la famille
  • Prêt d’une institution financière
  • Subvention (programme gouvernemental d’aide financière)
  • Prêts d’organismes de développement économique (capital de risque)
Des habiletés essentielles à la gestion financière

Votre SADC ou CAE peut vous accompagner dans votre recherche de financement. L’équipe de votre centre local est en mesure de vous offrir des conseils et du coaching dans la compréhension des états financiers et des ratios financiers. Elle peut aussi vous aider à établir vos prévisions financières et à cibler les bons partenaires financiers et programmes d’aide.

Lancement d’entreprise

Félicitations! Vous voici rendu à la dernière étape de démarrage : le lancement de votre entreprise.

Phase significative de votre cheminement, le lancement de votre entreprise ne représente pas la fin de la route pour autant! Beaucoup de détails importants sont à planifier avant et pendant la mise en activité.

Avant le lancement de votre entreprise

Ça y est, votre entreprise sera lancée pour de bon! La fébrilité se fait sentir et les choses à ne pas oublier s’accumulent.

Vous avez engagé vos employés, commandé les équipements qui vous manquaient, mis en place votre local… Mais avez-vous pensé à toutes les formalités nécessaires au lancement d’une entreprise? Par exemple:

  • L’obtention de vos numéros (d’employeur, de taxes, de normes du travail, etc.);
  • L’immatriculation ou à l’incorporation de votre compagnie;
  • Aux permis et aux licences;
  • Etc.

Avez-vous été prévoyant? Est-ce que les contrats, comme votre bail ou une convention entre associés, ont bien été remplis? Votre système de comptabilité est-il mis en place?
Tous ces détails joueront un rôle important à un moment ou à un autre de votre lancement d’entreprise.

Osez faire rayonner le lancement de votre entreprise

Pour que le lancement de votre entreprise soit une réussite, il est indispensable de vous faire connaître. Beaucoup d’entrepreneurs, par manque de temps, négligent cette partie pourtant importante. Comme chaque entreprise est différente, les méthodes pour y arriver le sont aussi, mais pensez à :

  • Vos cartes d’affaires;
  • Vos dépliants;
  • Vos réseaux sociaux;
  • Participer à des événements;
  • Faire de la publicité;
  • Etc.
Pendant la mise en activité

La première année de lancement d’une entreprise doit être vue comme un test qui vous servira de modèle comparatif. Il est donc important de prendre des notes et de laisser une traçabilité.

Vous pouvez, par exemple, faire une évaluation des performances de votre entreprise selon les prévisions financières et le plan d’affaires préalablement établis. Ainsi, vous aurez l’heure juste sur vos résultats immédiats et sur ce à quoi vous aspirez pour la suite.

Prenez le temps, aussi, d’observer les changements de votre milieu et de vous y adapter. N’hésitez pas à refaire une étude de marché, à analyser votre clientèle, à revoir vos stratégies et votre budget. Évoluer est souvent gage de longévité!

Êtes-vous flexipreneur? Le flexipreneuriat démystifié

Conseils d’experts des SADC et CAE

Avez-vous entendu parler du flexipreneuriat? Ce type d’entrepreneuriat qui, comme son nom l’indique, vise la flexibilité en combinant plusieurs occupations, est présent depuis de nombreuses années et tend à prendre de plus en plus d’ampleur. Pourtant, nous commençons à peine à lui donner la place qu’il mérite.

 

Qui sont les flexipreneurs?

« Un flexipreneur est une personne qui mène présentement ou qui vise à mener des activités entrepreneuriales en parallèle d’une autre occupation (emploi, soins à la famille, etc.) qui lui rapportent un revenu d’appoint sous forme de travail autonome ou autre forme d’entreprise. Les flexipreneurs sont donc des entrepreneurs à temps partiel, hybrides ou atypiques c’est-à-dire qu’ils combinent plusieurs occupations à la fois, pour qui le projet entrepreneurial ne représente pas une occupation à temps plein. Sont aussi inclus comme des flexipreneurs les personnes ayant un projet entrepreneurial saisonnier. »

Source : SADC Shawinigan

Le flexipreneuriat : une réalité bien présente

Nés d’une étude menée entre 2018 et 2021 par la SADC Shawinigan, les concepts de flexipreneur et de flexipreneuriat sont pourtant loin d’être marginaux.

En effet, en 2021, selon les données du Global Entrepreneurship Monitor82,7 % des femmes entrepreneures émergentes et 80,5 % du côté des hommes, combineraient leurs activités entrepreneuriales à un emploi.

Concernés par les enjeux et les défis que rencontrent plusieurs de ces entrepreneurs à temps partiel, plusieurs SADC et CAE du Québec ont ouvert la voie à des programmes d’aide qui collent à leur réalité.

Quand être flexipreneur rime avec défis

Plusieurs flexipreneurs sont des femmes et les résultats de l’étude démontrent que malgré une volonté de croissance aussi importante, les entreprises détenues par des femmes se développent plus lentement que celles possédées par des hommes. Qu’est-ce qui pourrait être à l’origine de ce phénomène?

Selon ce qui a été observé, les femmes auraient tendance à privilégier une approche progressive, davantage divisée en « petits pas ». Elles auraient également besoin de plus d’accompagnement que les hommes pour la croissance de leur projet.

Cependant, l’aide existante est surtout portée sur un modèle d’affaires « classique », centré sur la prise de risque et l’accumulation de nombreuses heures de travail. Ce manque de ressources axées sur leurs besoins réels serait à l’origine du syndrome de l’imposteur qui empêche plusieurs flexipreneures d’avancer comme elles le souhaiteraient.

Flexipreneurs en région, pourquoi faire appel aux SADC et CAE?

Au moment de l’étude, un peu plus de la moitié des flexipreneurs ont répondu vouloir s’occuper de leur entreprise à temps plein dans les prochaines années. Les SADC et des CAE du Québec tendent donc à intégrer de plus en plus de mesures pour les encadrer et les aider à atteindre leurs objectifs.

Faire appel à nos services c’est :

  • Obtenir une aide financière flexible
  • Obtenir de l’accompagnement à chacune des étapes importantes
  • Obtenir une aide neutre qui vous guidera vers les ressources expertes qui correspondent à votre réalité
  • Avoir accès à de la formation et à un vaste Réseau d’expertise

Vous êtes flexipreneur et souhaitez mener votre projet encore plus loin? Trouvez votre SADC ou votre CAE et demandez conseil sans plus attendre!